Le Journal de Quebec

Le rêve réalisable

Stroll ne cache pas ses ambitions de piloter un jour en F1

- Louis Butcher l∫ Lbutcherjd­m

Selon plusieurs observateu­rs, Lance Stroll pourrait devenir, dans quelques années, le premier pilote canadien depuis Jacques Villeneuve à courir en F1.

Si la route est encore longue pour ce Montréalai­s de 16 ans, sa progressio­n ne fait aucun doute.

Il est engagé cette année au Championna­t européen de F3, une série très relevée qui représente le tremplin idéal pour accéder à la discipline- reine du sport automobile, comme l’ont prouvé de grands champions dans le passé.

Stroll, il est vrai, n’a pas à se préoccuper des contrainte­s financière­s qu’exige la formation d’un pilote.

Son père Lawrence investit des sommes importante­s dans la carrière de son fils, lui qui a fait fortune dans l’industrie du vêtement et qui compte une impression­nante collection de voitures Ferrari qu’il s’amuse à conduire sur le circuit Mont-tremblant dont il est propriétai­re.

RECRUTÉ PAR FERRARI

Dès l’âge de huit ans, Stroll s’est inscrit à des compétitio­ns de karting. D’abord au Québec, mais aussi en Floride, l’hiver, où ses résultats prometteur­s ont piqué l’attention, coïncidenc­e ou pas, d’un éclaireur de l’écurie Ferrari quelques années plus tard.

«Il est venu nous rencontrer après une course, a expliqué Stroll, en entrevue au Journal, et il nous a proposé de faire partie de l’académie Ferrari. C’est à ce oment que j’ai véritablem­ent commencé à prendre la course au sérieux.»

Rentrer à l’académie n’est pas donné à tout le monde. Bien au contraire, c’est un cercle fermé de jeunes espoirs de la course automobile. Ils sont actuelleme­nt cinq ou six à avoir été recrutés.

Non seulement, les frais d’inscriptio­n sont importants, mais les critères d’admissibil­ité le sont tout autant.

Mais Stroll représente le candidat idéal. L’argent ne suffit pas. Il faut aussi du talent et de la déterminat­ion, ce qu’il a prouvé au cours des récentes années.

PROGRAMME INTENSIF

«Je sais que je devrai travailler fort pour atteindre mon but ultime, de piloter un jour en F1, mais je suis prêt à m’imposer tous les sacrifices, dit-il. Je veux et je peux y arriver.»

Par ces entrées chez Ferrari, Stroll a accès au centre d’entraîneme­nt de l’équipe à Maranello, en Italie, tout en profitant des conseils judicieux de bon nombre d’intervenan­ts dédiés au développem­ent de jeunes pilotes. «Ils ont élaboré un programme intensif que je dois respecter à la lettre, poursuit-il. Je su i s maintenant établià Genève, e n Suisse, ce qui facilite mes déplacemen­ts vers l’italie.

« Comme je suis contraint à voyager constammen­t, un professeur me suit dans mes déplacemen­ts pour me donner des cours à raison de deux ou trois heures par jour.»

Cette entrevue a été réalisée l’an dernier. Lance Stroll et son entourage ont refusé nos demandes de rencontres formulées lors de notre passage en Allemagne il y a quelques semaines. Les jeunes pilotes de l’académie Ferrari ont en effet reçu ordre d’éviter les journalist­es...

Jacques Villeneuve a disputé la dernière course de sa carrière en F1 au Grand Prix d’allemagne, à Hockenheim, le 30 juillet 2006.

 ??  ?? Le jeune Montréalai­s Lance Stroll participe cette année au très relevé Championna­t européen de F3.
Le jeune Montréalai­s Lance Stroll participe cette année au très relevé Championna­t européen de F3.
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada