Le Journal de Quebec

PAS D’ALCOOL POUR LES ARCHERS

- agence france-presse

Boire ou tirer, il faut choisir: impossible de participer aux concours olympiques de tir à l’arc avec de l’alcool dans le sang. Et comme sur la route, un éthylomètr­e est chargé d’appliquer la loi.

World Archery, la Fédération internatio­nale de tir à l’arc, est stricte. L’arc se pratique uniquement à jeun. Ici, pas question de sécurité, il s’agit surtout de lutter contre une forme de dopage, lié au côté relaxant et désinhiban­t de l’alcool.

Un peu comme lorsqu’un automobili­ste se fait arrêter par un policier qui le soupçonne d’ivresse au volant, les archers doivent souffler dans une petite machine. Sauf que leur taux d’alcoolémie se doit d’être à zéro. «Au tir à l’arc, l’alcool est interdit en compétitio­n parce que ça peut améliorer nos performanc­es, explique Jean-Charles Valladont (photo), 4e archer mondial. C’est sûr que quand tu as quatre grammes, tu ne vas pas mettre une flèche au milieu de la cible, mais si tu as un petit degré d’alcool, ça te permet d’inhiber tout ce qui se passe autour, le stress. Ça permet d’être un peu plus performant.»

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada