Me­ta­lord pré­pare son deuxième al­bum

Le Journal de Quebec - - SPECTACLES - l Yle­clerc­jdq Yves Le­clerc

Un an après avoir vé­cu le « trip » d’une vie, en fai­sant la pre­mière par­tie de Me­tal­li­ca sur les plaines d’abra­ham, la for­ma­tion Me­ta­lord met la touche fi­nale à son deuxième al­bum.

Les yeux de Marc Bé­lan­ger, A. J. Bel­ley, Mathieu Boi­vin et Sébastien Mal­tais brillent en­core, lors­qu’ils ra­content leurs sou­ve­nirs de cette soi­rée du 14 juillet 2017.

« Les trois jours qui ont sui­vi vont être mar­qués dans ma tête jus­qu’à la fin de mes jours. Je n’irais pas jus­qu’à dire que ce furent les plus beaux mo­ments de ma vie, parce que j’ai deux en­fants, mais ce n’est pas loin », a-t-il lais­sé tom­ber, lors du pas­sage de Me­ta­lord au Fes­tif ! de Baie-saint-paul.

Le bat­teur et chan­teur A. J. Bel­ley a l’im­pres­sion que cette pres­ta­tion de 45 mi­nutes en a du­ré cinq.

« C’est un mo­ment qui a pas­sé ex­trê­me­ment ra­pi­de­ment. On s’est dit qu’on n’au­rait ja­mais une autre belle oc­ca­sion comme ça de­vant un pu­blic cible et nous sommes ren- trés dans le tas. J’étais juste dé­çu qu’on ne puisse pas conti­nuer », a-t-il ajou­té.

Le chan­teur-gui­ta­riste Marc Bé­lan­ger avoue qu’il était très stres­sé sur l’im­mense scène des Plaines.

« Il fal­lait que je pense à ma voix et à plein de choses. J’ai comme des flashs, mais je ne m’en sou­viens pas beau­coup », a-t-il ad­mis.

UNE COCHE DE PLUS

On au­rait pu croire que cette pres­ta­tion de­vant 80 000 per­sonnes au­rait pro­pul­sé la for­ma­tion ori­gi­naire de Baie-saint-paul et de La Mal­baie vers le som­met, mais les rêves ne de­viennent pas tou­jours réa­li­té.

« Oui, on au­rait ai­mé que le gé­rant de Me­tal­li­ca vienne nous voir et nous offre une tour­née de six mois avec eux. La réa­li­té, mal­heu­reu­se­ment, n’a pas été ça. À 8 h, le len­de­main, la com­pa­gnie de disques Uni­ver­sal a contac­té notre gé­rant pour re­mettre notre dos­sier à jour. Ça a bras­sé les choses », a in­di­qué A. J. Bel­ley.

La for­ma­tion s’est lan­cée dans l’écri­ture de chan­sons. Elle est cons­ciente qu’elle doit pro­duire un nou­vel al­bum et que cette étape est im­por­tante.

Le groupe n’a pas lan­cé de nou­veau ma­té­riel de­puis la pa­ru­tion du disque Speed of Life au prin­temps 2015.

« Nous sommes en train de fi­na­li­ser l’al­bum. On a une di­zaine de chan­sons de prêtes et nous ai­me­rions le lan­cer d’ici la fin de l’an­née », a in­di­qué A. J. Bel­ley.

La for­ma­tion a en­tre­pris des dé­marches au­près des com­pa­gnies So­ny et Uni­ver­sal. Elle pré­pare une sé­rie de ma­quettes pour leur faire écou­ter le nou­veau ma­té­riel.

Me­ta­lord a pro­fi­té de son pas­sage à Baie-saint-paul pour jouer quatre nou­velles pièces avec Ga­zo­line, Me­re­dith, Piece of My Heart et The Per­fect Line.

« Les nou­veaux titres sont plus ma­tures, plus mo­dernes, plus mé­lo­diques et avec plus d’har­mo­nies. On réa­lise que notre écri­ture a évo­lué. C’est plus com­plet », a dé­crit le chan­teur-gui­ta­riste Marc Bé­lan­ger.

« On re­trouve tou­jours un fond trash et les ac­cents Me­ta­lord du pre­mier al­bum », a pré­ci­sé le bas­siste Sébastien Mal­tais.

Le qua­tuor a aus­si ra­len­ti le rythme sur quelques pièces afin d’al­ler cher­cher plus d’agres­si­vi­té et plus de force.

« On a des tounes trash en masse avec des gros tem­pos qui dé­passent les 190 bpm, mais on vou­lait aus­si quelque chose pour que le monde soit ca­pable de sau­ter et de head­ban­ger en masse. Les fans vont s’y re­trou­ver. C’est le Me­ta­lord qu’ils connaissent, mais avec une coche de plus », a pré­ci­sé le bat­teur-chan­teur A. J. Bel­ley.

UNE PAS­SION

Les gars de Me­ta­lord, qui jouait en pre­mière par­tie de Voi­vod la se­maine der­nière, au Fes­tivent Ville de Lé­vis, sont conscients de l’im­por­tance de ce deuxième al­bum.

« C’est ce qu’il manque à notre par­cours. Un autre al­bum et de la nou­veau­té. En ce mo­ment, ça dé­pend de nous autres et de comment on va être ca­pables de sor­tir ça. On fait ça les soirs et on ré­pète dans nos temps libres. On ne fait pas ça à temps plein », a ex­pli­qué A. J. Bel­ley.

« On ne gagne pas notre vie avec ça. Me­ta­lord, c’est pas mal plus une dé­pense que des re­ve­nus en ce mo­ment », a fait sa­voir le bas­siste Sébastien Mal­tais.

La for­ma­tion a tou­jours le feu sa­cré et les rêves sont tou­jours bien pré­sents.

« On n’a ja­mais lâ­ché et on ne lâ­che­ra pas. Me­ta­lord, c’est plus qu’un passe-temps. C’est une pas­sion et c’est notre vie. On ne de­mande que ça, un jour, de pou­voir vivre de ça », a lan­cé le bat­teur-chan­teur, le feu dans les yeux.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.