Ils veulent 300 000 $ pour l’écra­se­ment mor­tel d’un hy­dra­vion

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - MICHAËL NGUYEN

Les proches d’une tou­riste fran­çaise morte dans l’écra­se­ment d’un hy­dra­vion près de Ta­dous­sac, en 2015, viennent d’in­ten­ter une pour­suite ci­vile de 300 000 $ contre la com­pa­gnie aé­rienne qu’ils ac­cusent de né­gli­gence.

« La souf­france, l’in­com­pré­hen­sion et la culpa­bi­li­té qui af­fectent [les proches] sont in­ima­gi­nables et ré­sultent de ce dé­cès sur­ve­nu sans rai­son va­lable et sur­tout trop pré­ma­tu­ré­ment », peut-on lire dans le do­cu­ment de cour dé­po­sé à Mon­tréal.

Émi­lie De­laitre, une pas­sion­née d’avia­tion de 28 ans, était ve­nue pas­ser des va­cances au Ca­na­da en août 2015 juste avant sa ren­trée des classes dans une école de génie aé­ro­nau­tique fran­çaise.

Vers la fin de son voyage, elle s’est ren­due à Ta­dous­sac pour al­ler voir les ba­leines en hy­dra­vion. Mais quand son groupe s’est ren­du sur place, il ne res­tait plus qu’un seul siège.

Elle a donc em­bar­qué seule, lais­sant ses proches sur le quai.

Le vol ne de­vait du­rer que 20 mi­nutes, le temps de sur­vo­ler Ta­dous­sac, Baie-sainte-ca­the­rine et l’em­bou­chure du Fjord-du-sa­gue­nay. Mais au bout d’une heure, l’avion n’était tou­jours pas re­ve­nu.

« Plu­sieurs hy­dra­vions se po­saient sur le lac et un cer­tain nombre de per­sonnes s’ac­ti­vaient au­tour du quai ; il était clair que quelque chose de grave était ar­ri­vé », peut-on lire dans le do­cu­ment de cour.

Ils ont en­suite ap­pris la triste nou­velle : l’hy­dra­vion s’était écra­sé.

Les proches de Mme De­laitre disent avoir été gar­dés dans le flou pen­dant deux ans, pen­dant les­quels Air Sa­gue­nay, ain­si qu’avia­tion du Fjord et Croi­sières AML, tous trois ex­ploi­tants de l’hy­dra­vion et tous vi­sés par la pour­suite, n’au­raient mon­tré au­cune em­pa­thie pour la tra­gé­die.

NÉ­GLI­GENCE

Ce n’est qu’en sep­tembre 2017 qu’ils ont pris connais­sance du rap­port du Bu­reau de la sé­cu­ri­té des tran­sports du Ca­na­da, in­di­quant que l’ac­ci­dent au­rait pu être évi­té.

« Il res­sort du rap­port que bien que l’écra­se­ment ait été la consé­quence de fausses ma­noeuvres du pi­lote, ce­lui-ci était gra­ve­ment at­teint d’une athé­ro­sclé­rose co­ro­na­rienne importante qui au­rait pu me­ner à une crise car­diaque en plein vol », peut-on lire dans la pour­suite.

Les proches d’émi­lie De­laitre re­prochent aux dé­fen­deurs leur né­gli­gence et aus­si de n’avoir pas pris toutes les me­sures pour as­su­rer la sé­cu­ri­té des vols. En te­nant compte de la dou­leur d’avoir per­du un être ai­mé, les proches ré­clament ain­si 300 000 $ de dé­dom­ma­ge­ment.

À moins d’un rè­gle­ment à l’amiable, l’af­faire se­ra pré­sen­tée à un juge d’ici les pro­chaines se­maines. Air Sa­gue­nay n’a pas ré­pon­du au Jour­nal.

ÉMI­LIE DE­LAITRE Dé­cé­dée

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.