La tra­vailleuse com­mu­nau­taire de­ve­nue cheffe

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - MA­RIO DUMONT ma­rio.dumont @que­be­cor­me­dia.com

Le 0.02 pro­fil| chro­nique pro­fes­sion­nelle ad de Ma non Mas­sé ne res­semble 0.03| CHRO­NIQUE pas tel­le­ment texte à la norme du monde po­li­tique. Son pas­sé dans le monde com­mu­nau­taire 0.07 | CHRO­NIQUE SOUS-TITRES la dis­tingue et teinte cer­tai­ne­ment son re­gard sur 0.03 les | CHRO­NIQUE en­jeux. texte

Ma­non Mas­sé est une femme au­then­tique, taillée d’un seul bloc. Lors­qu’elle pro­pose, lors­qu’elle dé­bat, lors­qu’elle ré­pond aux ques­tions, elle est elle-même. À prendre ou à laisser. Elle n’est pas une femme de pe­tites stra­té­gies. Elle est une femme de cause.

UNE PER­SONNE DE TER­RAIN

Son vé­cu à cô­toyer ceux qui en ar­rachent donne beau­coup de cré­di­bi­li­té à ses in­ter­ven­tions sur les ques­tions so­ciales. Lors­qu’il est ques­tion à l’as­sem­blée na­tio­nale de pau­vre­té, de sans-abri ou de ré­in­ser­tion des plus éclo­pés de la so­cié­té, la voix de la députée de Sainte-marie–saint-jacques ré­sonne. On la prend au sé­rieux.

Mal­heu­reu­se­ment, son manque d’in­té­rêt pour l’éco­no­mie consti­tue une fai­blesse. On a l’im­pres­sion qu’elle s’in­té­resse aux en­tre­prises stric­te­ment lors­qu’il s’agit d’al­ler ma­ni­fes­ter une op­po­si­tion à leurs pro­jets « pol­luants ». Le su­jet l’in­té­resse peu. Elle re­garde l’éco­no­mie avec les pré­ju­gés de la gauche ra­di­cale.

Pour­tant, toutes les grandes am­bi­tions de Québec so­li­daire né­ces­sitent quoi pour voir le jour ? De l’ar­gent, beau­coup d’ar­gent. Pour fi­nan­cer leurs pro­messes coû­teuses d’as­su­rance den­taire ou de ra­bais sur le transport en com­mun, il faut que l’éco­no­mie roule à fond de train.

PAS IN­TI­MI­DÉE

Même si elle en est à sa pre­mière cam­pagne, Ma­non Mas­sé n’est pas in­ti­mi­dée par ses ad­ver­saires, même s’ils sont bien plus ex­pé­ri­men­tés qu’elle. En fait, elle porte en elle la cer­ti­tude et la fier­té de don­ner une voix à ceux qui n’en ont pas. Forte de cette confiance, et por­tée par ce qu’elle consi­dère comme un de­voir, elle ne bais­se­ra ja­mais les yeux lors des dé­bats.

La porte-pa­role de Québec so­li­daire s’est quand même re­trou­vée en dés­équi­libre à quelques re­prises de­puis le dé­but de la cam­pagne. On exige énor­mé­ment des chefs po­li­tiques dans cette pé­riode folle. On sent vite qu’elle n’a pas la connais­sance fine de tous les dos­siers.

Être ques­tion­née en ra­fale en point de presse sur tous les dos­siers la place sous haute pres­sion. Si elle avait une chance de for­mer le pro­chain gou­ver­ne­ment, la pres­sion mon­te­rait et ce­la pour­rait mal tour­ner. Pour l’ins­tant, on la voit da­van­tage comme la por­teuse d’un mes­sage dif­fé­rent. On lui par­donne.

Je l’ai vue dans des dis­cours plus for­ma­tés en dé­but de cam­pagne. Per­for­mance moyenne. Je l’ai vue faire un dis­cours spon­ta­né dans sa cir­cons­crip­tion. Beau­coup plus mor­dant, beau­coup plus convain­cant.

Ma­non Mas­sé sait par­ler avec son coeur. Du­rant cette cam­pagne, ce­la pour­rait lui ser­vir puisque les autres chefs sont plu­tôt en dif­fi­cul­té pour jouer cette carte. Le pu­blic leur re­con­naît de la com­pé­tence, mais mes­sieurs Le­gault, Couillard et Li­sée peinent à faire vi­brer les cordes sen­sibles des Qué­bé­cois.

La po­li­tique est une af­faire de tête et de dos­siers, mais c’est aus­si une af­faire de coeur. Re­né Lé­vesque n’a pas dé­pla­cé les masses uni­que­ment avec des dos­siers. Il a re­joint pro­fon­dé­ment la po­pu­la­tion par le coeur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.