Quand le libre-échange s’in­vite

Le Journal de Quebec - - OPINIONS - CLAUDE VILLENEUVE Di­rec­teur Opi­nions

C’est as­sez cou­rant qu’un en­jeu im­pré­vu s’in­vite dans une cam­pagne élec­to­rale. Cette fois-ci, ca­deau du lo­ca­taire de la Mai­son-blanche, il se pour­rait bien que ce soit la renégociation de L’ALE­NA.

À quand re­monte la der­nière élec­tion qui nous a vrai­ment per­mis de dé­battre de la so­cié­té dont nous rê­vons, plu­tôt que de l’op­por­tu­ni­té de ne pas te­nir de ré­fé­ren­dum ? Le li­breé­change de­vient dès lors un en­jeu tout in­di­qué.

On pour­rait pour­tant pen­ser que l’adhé­sion à son prin­cipe est as­sez consen­suelle dans ce Québec où tant fé­dé­ra­listes que sou­ve­rai­nistes ont ap­puyé les pro­gres­sistes-conser­va­teurs, lors­qu’ils en étaient les por­teurs, pen­dant la cam­pagne fé­dé­rale de 1988.

Der­rière l’una­ni­mi­té des quatre chefs en cam­pagne pour pré­ser­ver la pro­tec­tion de la ges­tion de l’offre que res­pecte l’ac­cord ac­tuel se cachent des lignes de frac­ture qui sont réelles.

EM­BRAS­SER LES GRANDS EN­SEMBLES

His­to­ri­que­ment, l’ap­pui des porte-pa­roles sou­ve­rai­nistes à un ac­cord de libre-échange à l’échelle nord-amé­ri­caine al­lait de soi. Pour Jacques Pa­ri­zeau et Ber­nard Lan­dry, ré­duire la dé­pen­dance de l’éco­no­mie du Québec au mar­ché in­té­rieur ca­na­dien, ça ne pou­vait qu’ai­der le pro­jet de pays.

Jean-fran­çois Li­sée a ha­bi­le­ment pris le lea­der­ship de la dé­fense com­mune par les quatre chefs de la ges­tion de l’offre et de l’ex­cep­tion cultu­relle qui pro­tège la pro­duc­tion qué­bé­coise.

Pour­tant, le chef pé­quiste sait trop bien qu’à l’échelle mon­diale, les dé­bats cli­vants, dont ceux sur l’iden­ti­té, se dé­roulent de plus en plus entre ceux qui em­brassent sans nuance les grands en­sembles et ceux qui s’en mé­fient. Pas éton­nant que le dis­cours éco­no­mique de M. Li­sée soit jus­qu’ici le plus pro­tec­tion­niste qu’on ait en­ten­du ve­nant du PQ.

À QS, c’est dif­fé­rent. Quand on parle d’im­mi­gra­tion, on se si­tue clai­re­ment dans le camp des « glo­ba­listes », mais lors­qu’on dis­cute d’éco­no­mie, c’est le contraire. Ga­briel Na­deau-du­bois ne dé­non­çait-il pas, en se lan­çant, la classe po­li­tique des trente der­nières an­nées qui avait pré­fé­ré fa­vo­ri­ser le libre-échange plu­tôt que d’ai­der les ré­gions ? Il y au­ra donc des limites à l’ap­pui de Ma­non Mas­sé aux en­tentes dans leur forme actuelle.

EN­JEUX DE FOND

Au Par­ti li­bé­ral, c’est com­pli­qué aus­si. Quand Jus­tin Tru­deau au­ra consen­ti des amé­na­ge­ments à la ges­tion de l’offre, jus­qu’à quel point le Québec-pro­vince pour­ra-t-il s’y op­po­ser au­tre­ment qu’en prin­cipe ? Phi­lippe Couillard n’a en­core rien pro­po­sé de concret. La pru­dence qu’il af­fi­chait hier après avoir par­lé à son ho­mo­logue fé­dé­ral in­dique dé­jà que ça pour­rait être plus pié­geux qu’un « Just watch me » lan­cé avec dé­sin­vol­ture. Si on ac­cepte, comme ce­la cir­cule, que les tran­sac­tions en ligne en pro­ve­nance des États-unis soient exemp­tées de toute taxe jus­qu’à un mon­tant de 800 $, que di­ra la can­di­date Mar­wah Riz­qy, qui en fait son che­val de bataille comme fis­ca­liste ? Et fi­na­le­ment, il y a Fran­çois Le­gault, qui sait trop bien que s’en prendre à la ges­tion de l’offre en cam­pagne se­rait sui­ci­daire. On se de­mande tou­te­fois com­ment se sentent les fans de Maxime Ber­nier, par­mi les an­ciens adé­quistes qui doivent au­jourd’hui ap­puyer un par­ti qui veut in­ves­tir dans les CPE et les CHSLD. Bref, der­rière le consen­sus de fa­çade, la renégociation ca­tas­trophe de L’ALE­NA dans un contexte élec­to­ral vient ajou­ter un ca­rac­tère d’im­pré­vi­si­bi­li­té qui nous per­met­tra peut-être de dis­cu­ter de vrais en­jeux de fond.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.