Job de bras

Le Journal de Quebec - - OPINIONS - LISE RA­VA­RY e Blo­gueuse au Jour­nal Com­mu­ni­ca­trice, jour­na­liste et chro­ni­queuse

Je ne connais pas la jour­na­liste Em­ma­nuelle La­tra­verse. De mé­moire, je ne lui ai ja­mais par­lé. Comme tout le monde dans le « mi­lieu », j’avais va­gue­ment en­ten­du par­ler de ses com­por­te­ments er­ra­tiques et co­lé­riques à Ra­dio-ca­na­da, sans m’y ar­rê­ter.

Un, ça ne me re­garde pas. Deux, ce n’est pas d’in­té­rêt pu­blic. D’où ma stu­pé­fac­tion hier de lire dans La Presse un long re­por­tage « d’en­quête » sur la dame et les mau­vais trai­te­ments psy­cho­lo­giques qu’elle au­rait in­fli­gés à ses em­ployés du bu­reau par­le­men­taire de Ra­dio-ca­na­da à Ottawa.

Re­por­tage dans lequel tous re­fusent de com­men­ter ou s’ex­priment sous le cou­vert de l’ano­ny­mat. Sauf Em­ma­nuelle La­tra­verse qui parle ou­ver­te­ment de sa dé­pres­sion, de ses trai­te­ments, et offre ses ex­cuses.

À une époque où la per­ti­nence des mé­dias tra­di­tion­nels en prend pour son rhume, pour­quoi une his­toire pri­vée, sans in­ci­dence di­recte sur la qua­li­té de l’in­for­ma­tion ou sur la sé­cu­ri­té du pu­blic, fait-elle l’ob­jet d’un texte de 1567 mots, une lon­gueur plu­tôt in­ha­bi­tuelle, qui re­pose en­tiè­re­ment sur des té­moi­gnages ano­nymes?

QUES­TION DE TI­MING

Em­ma­nuelle La­tra­verse n’est quand même pas Jian Go­me­shi. Mais Ra­dio-ca­na­da au­rait une fois en­core tar­dé à agir, es­pé­rant étouf­fer l’af­faire, croient des plai­gnants. Croyez­moi, elle est là l’en­quête jour­na­lis­tique à réa­li­ser.

De plus, les pro­blèmes au­raient com­men­cé en 2015 et les conclu­sions du rap­port ex­terne qui jus­ti­fient le re­por­tage au­raient été com­mu­ni­quées le 1er juin der­nier. Des nou­velles fraîches, quoi. Bien en­ten­du, il n’existe au­cun lien entre le ti­ming du re­por­tage et l’ar­ri­vée ré­cente d’em­ma­nuelle La­tra­verse à TVA.

Le vé­ri­table har­cè­le­ment psy­cho­lo­gique, c’est grave. Ce fléau existe dans beau­coup d’en­tre­prises et touche sou­vent des gens vul­né­rables, non syn­di­qués, sans so­lu­tion de re­change. Et sans voix.

Com­bien savent qu’une loi au Québec les pro­tège du har­cè­le­ment psy­cho­lo­gique au tra­vail ? Voi­là une in­for­ma­tion d’in­té­rêt pu­blic.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.