L’ombre d’ac­cur­so plane sur SMI

Le Journal de Quebec - - ARGENT - SYLVAIN LAROCQUE

Ber­nard Pou­lin a re­çu un coup de pouce de l’en­tre­pre­neur dé­chu To­ny Ac­cur­so et de son cé­lèbre yacht pour dé­cro­cher le contrat al­gé­rien qui au­ra fi­na­le­ment fait va­ciller sa firme, SMI.

De­vant la Com­mis­sion Char­bon­neau, en 2014, Ac­cur­so a ré­vé­lé avoir prê­té son ba­teau, le Touch, à Pou­lin, afin que ce­lui­ci puisse y in­vi­ter des re­pré­sen­tants d’air Al­gé­rie pour une sor­tie en mer Mé­di­ter­ra­née. Les deux hommes ten­taient alors d’ob­te­nir le contrat de construc­tion du siège so­cial du trans­por­teur à Al­ger.

« C’est ça qu’il m’a dit : “Il va y avoir du monde, des gars d’air Al­gé­rie qui vont ve­nir faire un tour”. Et puis j’ai dit “c’est cor­rect” », a dé­cla­ré To­ny Ac­cur­so à la pro­cu­reure So­nia Le­bel.

Ac­cur­so sou­te­nait avoir sou­mis­sion­né avec Pou­lin pour le ju­teux contrat de plus de 100 M$, mais s’être re­ti­ré en cours de route pour laisser toute la place à SMI.

VÉ­RI­TABLE FIASCO

En entrevue au quo­ti­dien al­gé­rien El Wa­tan, en 2014, Ber­nard Pou­lin a as­su­ré qu’il n’avait « ja­mais in­vi­té ni en­ten­du par­ler d’une in­vi­ta­tion des res­pon­sables d’air Al­gé­rie sur le ba­teau de M. Ac­cur­so ». Se­lon lui, il y a eu « er­reur de per­cep­tion » de la part d’ac­cur­so sur ce qui s’est pas­sé.

L’en­tre­prise de Pou­lin a bel et bien ob­te­nu le contrat d’air Al­gé­rie en 2011, mais ce­lui-ci s’est ré­vé­lé rui­neux pour SMI. À la suite de re­tards, de sur­coûts et d’un chan­ge­ment à la di­rec­tion de la com­pa­gnie aé­rienne, cette der­nière a ré­si­lié l’en­tente en 2013.

Le comp­table Paul La­fre­nière, qui agit comme chef de la restructuration de SMI, af­firme que le fiasco a coû­té plus de 80 M$ à l’en­tre­prise. Celle-ci es­pé­rait pou­voir ré­cu­pé­rer au moins 60 M$ dans le cadre d’un ar­bi­trage in­ter­na­tio­nal, mais elle vient d’être dé­bou­tée en Suisse.

5,7 M$ EN PRÉ­LÈ­VE­MENTS

En plus de de­voir 120 M$ à ses deux prin­ci­paux prê­teurs, SMI doit no­tam­ment 5,7 M$ en pré­lè­ve­ments à la source au fisc et 354000 $ à In­ves­tis­se­ment Québec.

Ber­nard Pou­lin fait face à des accusations de fraude, de com­plot et de cor­rup­tion dans les af­faires mu­ni­ci­pales pour avoir par­ti­ci­pé à un stra­ta­gème de par­tage de 165 M$ de contrats de la Ville de Mon­tréal. SMI a re­çu pour près de 11 M$ de ces contrats.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.