Faire un sé­rieux mé­nage de ses dettes

Le Journal de Quebec - - ARGENT - Em­ma­nuelle Gril Col­la­bo­ra­tion spéciale

Avec l’ar­ri­vée de l’au­tomne, on veut re­mettre de l’ordre dans ses af­faires, ce qui peut se tra­duire par un sé­rieux mé­nage de ses dettes. Voi­ci com­ment mettre en oeuvre une stra­té­gie qui vous ai­de­ra à vous en li­bé­rer.

Prêt per­son­nel, marge de cré­dit, carte de cré­dit, prêt de conso­li­da­tion, prêt de conso­li­da­tion hy­po­thé­caire… Les fa­çons de s’en­det­ter au­près d’une ins­ti­tu­tion fi­nan­cière sont mul­tiples.

Cha­cun de ces ou­tils de cré­dit pos­sède ses propres règles, no­tam­ment en ma­tière de mo­da­li­tés de rem­bour­se­ment et de taux d’in­té­rêt. Vous avez plu­sieurs types de prêts et cartes de cré­dit et vous vous de­man­dez com­ment prio­ri­ser les dettes à li­qui­der en pre­mier ? Sui­vez le guide !

LIQUIDEZ LES CARTES EN PRE­MIER

La pre­mière chose à faire est d’ef­fec­tuer l’in­ven­taire de vos dettes : les mon­tants dus et les taux d’in­té­rêt qui s’ap­pliquent. « Il faut s’at­ta­quer en pre­mier à celles dont les taux sont les plus éle­vés », re­com­mande Pierre For­tin, syn­dic au­to­ri­sé en in­sol­va­bi­li­té, pré­sident de Jean For­tin et As­so­ciés. Le ta­bleau ci-haut vous don­ne­ra une idée de ce qu’il en coûte pour rem­bour­ser 20 000 $ en fonc­tion des dif­fé­rents ou­tils de cré­dit.

Si vous avez des soldes de cartes de cré­dit, faites-en votre prio­ri­té, car avec des taux moyens de 20 %, ils sont de loin les plus coû­teux. Com­men­cez par la carte dont le solde est le moins éle­vé. Lors­qu’elle se­ra en­tiè­re­ment rem­bour­sée, dé­trui­sez-là pour ne pas être ten­té de l’uti­li­ser à nou­veau.

PRÉ­CAU­TION AVEC SA MARGE

« Si vos dettes de cartes de cré­dit sont in­fé­rieures à 5000 $, je ne re­com­mande pas de de­man­der à votre ins­ti­tu­tion fi­nan­cière de vous ac­cor­der un prêt de conso­li­da­tion ou une marge de cré­dit pour en ve­nir à bout. Il vaut mieux y al­ler en rem­bour­sant à la pièce », conseille Pierre For­tin, qui pré­cise que l’on ne de­vrait conso­li­der que les dettes dont les taux d’in­té­rêt sont plus éle­vés que ceux en­cou­rus avec un prêt de conso­li­da­tion. Ha­bi­tuel­le­ment, ce der­nier af­fiche un taux de 12 à 14 %. Par consé­quent, conso­li­der des soldes de carte de cré­dit à 20 % est in­té­res­sant, mais pas un prêt per­son­nel à 10 %.

La marge de cré­dit fait par­tie des ou­tils les moins oné­reux, avec un taux d’in­té­rêt d’en­vi­ron 9,50 %. Mais at­ten­tion, c’est une arme à double tran­chant, car il n’y a pas de mon­tant mi­ni­mum à ver­ser chaque mois ni d’échéance de rem­bour- se­ment. « Si l’on n’est pas très dis­ci­pli­né, on peut être ten­té de re­por­ter in­dé­fi­ni­ment le paie­ment de cette dette, ce qui fi­ni­ra par coû­ter très cher en in­té­rêts », pré­vient Pierre For­tin.

Y RÉ­FLÉ­CHIR À DEUX FOIS

Le prêt de conso­li­da­tion hy­po­thé­caire af­fiche le taux le plus bas de tous les ou­tils de cré­dit (3,5 %). Mais at­ten­tion, il s’étale sur une très longue pé­riode, ce qui fait grim­per le mon­tant des in­té­rêts. De plus, il im­plique que votre mai­son se­ra prise en ga­ran­tie par l’ins­ti­tu­tion prê­teuse, y com­pris la moi­tié de la pro­prié­té qui ap­par­tien­drait éven­tuel­le­ment à votre conjoint.

Ce der­nier de­vien­dra donc au­to­ma­ti­que­ment res­pon­sable de votre dette, au même titre que vous, même si ce n’est pas lui qui l’a contrac­tée. En cas de sé­pa­ra­tion, les consé­quences pour­raient être dé­sas­treuses pour le conjoint qui a ac­cep­té de mettre sa part de la ré­si­dence dans la ba­lance...

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.