L’en­ga­ge­ment de la CAQ dé­non­cé

La pé­nu­rie de main-d’oeuvre fait très mal à Cho­co­lats Fa­vo­ris, se­lon l’en­tre­pre­neur Dominique Brown

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - PIERRE COU­TURE

Le pro­prié­taire de Cho­co­lats Fa­vo­ris, Dominique Brown, dé­nonce l’en­ga­ge­ment de la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec (CAQ) de ré­duire les seuils d’im­mi­gra­tion, alors que le Qué­bec vit une lourde pé­nu­rie de main-d’oeuvre.

Bien mal­gré lui, l’homme d’affaires Dominique Brown s’est in­vi­té hier dans la cam­pagne élec­to­rale pro­vin­ciale alors que son en­tre­prise manque cruel­le­ment d’em­ployés.

Le pro­prié­taire de Cho­co­lats Fa­vo­ris soutient que l’en­jeu de la pé­nu­rie de main-d’oeuvre a at­teint un nou­veau som­met au Qué­bec et par­ti­cu­liè­re­ment dans la ré­gion de Qué­bec.

« C’est tel­le­ment im­por­tant. Les gens doivent s’ou­vrir les yeux. La di­mi­nu­tion des seuils, ça n’a au­cun bon sens. Il ne faut pas envoyer un mes­sage né­ga­tif à l’in­ter­na­tio­nal. Il nous faut plus de gens », a-t-il in­di­qué au Jour­nal.

IL A « FAIT DE LA CAISSE »

Lun­di soir, Dominique Brown a été contraint de « faire de la caisse » du­rant plus de trois heures à sa cho­co­la­te­rie si­tuée tout près de l’ave­nue Car­tier.

Se­lon l’en­tre­pre­neur, Cho­co­lats Fa­vo­ris n’avait en main hier que 7 cur­ri­cu­lum vi­tae de tra­vailleurs pour ses neuf bou­tiques de la ré­gion de Qué­bec.

Cho­co­lats Fa­vo­ris dit avoir 135 postes à pour­voir à Qué­bec en ce moment. Au Qué­bec, le dé­taillant et fa­bri­cant de cho­co­lat dit cher­cher plus de 400 tra­vailleurs.

DER­RIÈRE LE MAIRE LA­BEAUME

Dominique Brown se range d’ailleurs der­rière le maire de Qué­bec, Ré­gis La­beaume, qui de­mande un plan de match pré­cis des par­tis pro­vin­ciaux afin de s’at­ta­quer au manque « dra­ma­tique » de main-d’oeuvre dans la ca­pi­tale.

« Le maire La­beaume a rai­son. C’est l’en­jeu le plus im­por­tant pour la ré­gion de Qué­bec. Il faut com­prendre que notre ave­nir en tant que Qué­bé­cois va pas­ser par l’im­mi­gra­tion », a pré­ci­sé M. Brown.

Le maire de Qué­bec sou­haite ac­cueillir 2000 im­mi­grants fran­co­phones de plus par an­née. Bon an mal an, la ville de Qué­bec ac­cueille en­vi­ron 3300 im­mi­grants.

17 000 POSTES À POUR­VOIR

Il y a ac­tuel­le­ment 17 000 postes à pour­voir dans les en­tre­prises de la ré­gion de Qué­bec.

Se­lon un rap­port pu­blié par l’ins­ti­tut du Qué­bec (IDQ), le Qué­bec peine tou­jours à con­ser­ver ses im­mi­grants après cinq ans.

Ac­tuel­le­ment, cinq im­mi­grants sur six res­tent dans la pro­vince après cinq ans, ce qui re­pré­sente un taux de ré­ten­tion de 84 %.

Au pays, le Qué­bec ar­rive au qua­trième rang à ce cha­pitre, der­rière l’on­ta­rio (91 %), la Co­lom­bie-bri­tan­nique et l’al­ber­ta.

PHO­TO SI­MON CLARK

Dominique Brown a été contraint de « faire de la caisse » du­rant plus de trois heures à sa cho­co­la­te­rie si­tuée tout près de l’ave­nue Car­tier lun­di soir. Ses em­ployés ne four­nis­saient plus à la de­mande. Il est ici en com­pa­gnie de la cais­sière Ch­ris­tine Lavoie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.