Peine de 11 ans pour une aî­née tuée il y a 27 ans

Le toxi­co­mane l’a frap­pée à la tête à coups de fer à re­pas­ser

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - CLAU­DIA BERTHIAUME

Un toxi­co­mane a été condam­né à 11 ans de dé­ten­tion hier pour avoir tué une aî­née à coups de fer à re­pas­ser afin de la vo­ler, un crime qua­li­fié « d’odieux » par le juge.

« Ra­re­ment est-on en pré­sence d’un crime plus odieux », a sou­li­gné le juge Da­niel Royer hier, en en­voyant Fran­cis Mul­rey au pé­ni­ten­cier.

Mais con­crè­te­ment, l’homme au­jourd’hui âgé de 54 ans au­ra pas­sé deux fois plus de temps en ca­vale, à échap­per à la jus­tice, qu’il n’en pas­se­ra en pri­son re­la­ti­ve­ment à la mort de Lu­cille Mo­rin, sur­ve­nue en août 1991.

Mul­rey n’a été ar­rê­té qu’en 2015, soit 24 ans après avoir tué la dame de 69 ans dans sa ré­si­dence de SaintJean-sur-ri­che­lieu, en Mon­té­ré­gie.

Il au­ra fal­lu une longue en­quête étoffée de la Sû­re­té du Qué­bec pour que le toxi­co­mane avoue à un agent double avoir bat­tu l’aî­née à mort.

HO­MI­CIDE IN­VO­LON­TAIRE

D’abord ac­cu­sé de meurtre non pré­mé­di­té, le quin­qua­gé­naire a plai­dé cou­pable à un chef ré­duit d’ho­mi­cide in­vo­lon­taire le mois der­nier.

Bien qu’elles au­raient sou­hai­té que Mul­rey passe plus de temps der­rière les bar­reaux, les nièces de la vic­time sont sou­la­gées que la mort tra­gique de leur tante soit en­fin élu­ci­dée.

« Il au­rait pu mou­rir sans dire ce qu’il avait fait et on ne l’au­rait ja­mais su. Au moins, main­te­nant, on peut fer­mer le livre », ont-elles com­men­té hier, à leur sor­tie du pa­lais de jus­tice de Saint-jean-sur-ri­che­lieu.

PAS DE PAR­DON

Mal­gré les re­mords ex­pri­més par l’ac­cu­sé, les proches de Mme Mo­rin ne sont tou­te­fois pas prêtes à lui par­don­ner son geste bru­tal et gra­tuit.

« Le par­don, c’est un choix. On va com­men­cer par di­gé­rer tout ça », ont conti­nué les nièces de l’aî­née.

C’est que Mul­rey connais­sait la vic­time, car il avait la­vé les ta­pis de celle-ci peu avant sa mort.

Le ma­tin du drame, l’homme à tout faire est re­ve­nu of­frir ses ser­vices à Mme Mo­rin, cette fois pour la­ver ses fe­nêtres.

En manque de drogue, le toxi­co­mane avait be­soin d’ar­gent pour se pro­cu­rer sa pro­chaine dose de free base, un dé­ri­vé du crack pro­cu­rant un sen­ti­ment eu­pho­rique de courte du­rée.

La femme de 69 ans a d’abord ac­cep­té l’offre avant de chan­ger d’avis. Elle a ex­hor­té Mul­rey à quit­ter son do­mi­cile en rai­son de son com­por­te­ment bi­zarre, sans quoi elle ap­pel­le­rait la po­lice.

Pa­ni­qué, le dro­gué au­rait alors em­poi­gné un fer à re­pas­ser an­tique pour as­sé­ner une di­zaine de coups à la tête de l’aî­née, qui a suc­com­bé à ses bles­sures.

Il a par la suite vo­lé « une couple de 100 $ » à la vic­time, avant de quit­ter les lieux où il avait pris soin d’ef­fa­cer ses traces.

« RA­RE­MENT EST-ON EN PRÉ­SENCE D’UN CRIME PLUS ODIEUX » – Le juge Da­niel Royer

De­puis le crime, Fran­cis Mul­rey a com­mis d’autres dé­lits, puis il a re­pris sa vie en main, no­tam­ment en sui­vant plusieurs cures de dés­in­toxi­ca­tion, a no­té le juge Royer hier.

PHO­TO D’ARCHIVES

Compte te­nu de sa dé­ten­tion pré­ven­tive de trois ans comp­tée en double, la peine de Fran­cis Mul­rey se ter­mi­ne­ra en 2023. Il avait été ar­rê­té 24 ans après avoir bat­tu à mort une per­sonne âgée.

LU­CILLE MO­RIN Dé­cé­dée

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.