Le sup­plice du quiz

Le Journal de Quebec - - OPINIONS - ANTOINE ROBITAILLE [email protected]­be­cor­me­dia.com

Si ça conti­nue, on bap­ti­se­ra cette cam­pagne « Quelques ar­pents de pièges » !

Tra­duc­tion du fa­meux jeu Tri­vial Pur­suit, in­ven­té par deux Qué­bé­cois d’ex­pres­sion an­glaise (se­lon la nou­velle ap­pel­la­tion), le jour­na­liste Scott Ab­bott et le pho­to­graphe Ch­ris Ha­ney.

De­puis le der­nier week-end, où Fran­çois Le­gault a lui-même ad­mis ne pas être un « gé­nie en herbe » sur les ques­tions d’im­mi­gra­tion, les jour­na­listes ont eu en­vie de tes­ter da­van­tage ses connais­sances.

LE­GAULT TRÉ­BUCHE

Le chef ca­quiste a d’ailleurs mal pa­ru une fois de plus hier sur une ques­tion simple du col­lègue Alain La­fo­rest au su­jet du nombre de pro­vinces of­fi­ciel­le­ment bi­lingues au Ca­na­da. « Je vais prendre votre ques­tion en dé­li­bé­ré », a-t-il ré­pon­du.

Ses conseillers, à l’évi­dence, lui ont or­don­né de bou­der ce type de ques­tion, mais M. Le­gault au­rait dû se ris­quer, celle-là étant as­sez fa­cile : seul le Nou­veau-bruns­wick est bi­lingue.

Il reste que le sup­plice du point de presse transformé en test choque les po­li­ti­ciens, qui y voient une tech­nique jour­na­lis­tique dé­loyale.

BACHAND DÉ­CHAέNÉ

Le mi­nistre Ray­mond Bachand était sor­ti de ses gonds en jan­vier 2008 lorsque je lui avais de­man­dé sa dé­fi­ni­tion d’une ré­ces­sion. Un mi­nistre pé­quiste, Gilles Ba­ril, quelques an­nées plus tôt, en 2001, avait dé­mon­tré sa ma­gis­trale in­com­pé­tence en tré­bu­chant sur cette ques­tion.

M. Bachand, lui, en 2008, sa­vait la ré­ponse et n’en­ten­dait pas à rire : « Antoine, si on n’était pas [ici], tu sais ce que je te di­rais, hos­tie ! Deux tri­mestres consé­cu­tifs... C’est niai­seux ! C’est comme les [ques­tions sur les] prix des pintes de lait, ch­rist, c’est quoi, ce genre de po­li­tique là ? »

Hier d’ailleurs, un Phi­lippe Couillard à l’hu­meur ma­gna­nime a re­fu­sé de « ta­per sur M. Le­gault » et sa non-ré­ponse de la spé­ci­fi­ci­té du Nou­veau-bruns­wick. Il s’est même in­quié­té que ses points de presse se muent en quiz.

Je com­prends. Mais à l’oc­ca­sion, il est très lé­gi­time de son­der le ni­veau de connais­sance des po­li­ti­ciens sur des ques­tions qu’eux-mêmes placent au coeur de leurs en­ga­ge­ments.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.