L’igno­rance vo­lon­taire

Le Journal de Quebec - - OPINIONS - RÉJEAN PA­RENT e Blo­gueur au Jour­nal

Les élèves qué­bé­cois les plus per­for­mants se classent par­mi les meilleurs au monde, se­lon le PISA de L’OCDE. Nous pour­rions nous en ré­jouir, mais il fau­drait ou­blier que notre sys­tème d’édu­ca­tion de­vient de plus en plus in­éga­li­taire et que le pour­cen­tage d’élèves en dif­fi­cul­té a dou­blé au cours des quinze der­nières an­nées. Le pro­grès de tous les élèves né­ces­si­te­ra plus que l’air ou­tra­gé de Fran­çois Le­gault, fei­gnant le scan­dale de­vant le pre­mier mi­nistre Couillard.

LE MI­RACLE FIN­LAN­DAIS

Les Fin­lan­dais ne dé­si­raient pas que leur sys­tème d’édu­ca­tion soit le meilleur au monde, ils vou­laient avant tout qu’il soit de qua­li­té et équi­table pour tous les en­fants. Leur taux de di­plo­ma­tion était fa­mé­lique dans les an­nées 60 et la ré­vo­lu­tion de leurs pra­tiques a per­mis d’at­teindre au­jourd’hui des taux de di­plo­ma­tion su­pé­rieurs à 90 %.

Leurs pré­oc­cu­pa­tions pour le dé­ve­lop­pe­ment de la ci­toyen­ne­té, l’éta­blis­se­ment d’un cur­ri­cu­lum clair, la mo­bi­li­sa­tion et la col­la­bo­ra­tion de toutes les res­sources les ont me­nés au som­met de l’ex­cel­lence. Les écoles pri­vées ont été in­té­grées au sys­tème pu­blic. Dans un sou­ci d’équi­té, ils re­je­taient qu’un fi­nan­ce­ment pu­blic puisse ser­vir à une édu­ca­tion pri­vée.

CEN­TRÉ SUR L’AC­CES­SOIRE

L’édu­ca­tion a pris une place im­por­tante dans la cam­pagne, mais nos po­li­ti­ciens évitent soi­gneu­se­ment de s’at­ta­quer à la source vé­ri­table du pro­blème, en l’oc­cur­rence la sé­gré­ga­tion sco­laire. Les élèves les plus ta­len­tueux sont concen­trés dans les écoles pri­vées ou dans les pro­grammes sé­lec­tifs des écoles pu­bliques pen­dant que les classes ré­gu­lières au se­con­daire re­çoivent la qua­si-to­ta­li­té des élèves dé­fa­vo­ri­sés. Le mou­ve­ment L’école en­semble a mis en évi­dence cette réa­li­té en al­lant à Pa­ris pui­ser ces ren­sei­gne­ments au­près de L’OCDE parce que notre mi­nis­tère de l’édu­ca­tion re­fuse de faire cet exer­cice éclai­rant.

Nos po­li­ti­ciens peuvent conti­nuer dans l’es­broufe pour épa­ter la ga­le­rie, mais leurs ef­forts de­meu­re­ront vains s’ils ne re­cherchent pas la qua­li­té et l’équi­té pour tous nos en­fants.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.