Est-ce si mal de rê­ver à un autre homme que le sien ?

Le Journal de Quebec - - VIE - LOUISE DESCHÂTELETS louise.des­cha­te­[email protected]­be­cor­me­dia.com

Ça fait trente ans que je suis avec mon ma­ri. Il y a deux ans, lors d’un ras­sem­ble­ment fa­mi­lial, j’ai re­vu un amour de jeu­nesse, alors que j’avais 14-15 ans, mais qui m’avait été vo­lé par une amie. Quand je l’ai vu, je me suis rap­pe­lé ma peine d’alors. Il a épou­sé la fille en ques­tion l’an­née où j’ai quit­té la ré­gion pour ve­nir m’ins­tal­ler à Qué­bec.

J’ai fait mes études d’in­fir­mière, je me suis ma­riée avec un gars de Qué­bec, et dès la mort de mes pa­rents à six mois d’in­ter­valle la troi­sième an­née sui­vant notre ma­riage, nous avons es­pa­cé nos voyages et je n’ai plus ja­mais en­ten­du par­ler du type en ques­tion.

Il y a deux ans, mes cou­sins ont dé­ci­dé d’or­ga­ni­ser un gros pow

wow pour réunir la fa­mille et des amis d’en­fance. C’est là que je suis tom­bée nez à nez avec le gars en ques­tion. Tou­jours aus­si sé­dui­sant mal­gré sa be­daine et ses che­veux gri­son­nants. Je suis re­tom­bée sous le charme.

La vo­leuse de chum est dé­cé­dée il y a cinq ans d’un can­cer, et il ne s’est plus en­ga­gé avec per­sonne en­suite. Il a deux grands en­fants ma­riés et conti­nue de di­ri­ger sa pe­tite en­tre­prise. Bref, c’est comme si j’étais re­tom­bée en amour avec lui. Lors de cette ren­contre, il ne m’a rien dit qui puisse res­sem­bler à une dé­cla­ra­tion d’amour, mais je sen­tais dans ses yeux qu’il n’en pen­sait pas moins.

Ça m’a mise sur un nuage. Mais n’al­lez pas croire que j’ai fait quelque in­fi­dé­li­té à mon ma­ri. Je lui ai d’ailleurs par­lé du choc que j’avais vé­cu à la vue de cet homme et des sen­ti­ments qu’il avait ré­veillés en moi. Il m’a sem­blé avoir com­pris mon trouble et n’avoir res­sen­ti aucune ja­lou­sie de ce­la.

Mais de­puis un an en­vi­ron, chaque fois que j’aborde le su­jet de cet homme et des pa­pillons que son sou­ve­nir pro­voque dans mon es­to­mac, mon ma­ri se fâche. Au point que je pré­fère ne plus lui en par­ler pour ne pas le pro­vo­quer, mais je n’en conti­nue pas moins à rê­ver de mon an­cien amour. Ma ques­tion est la sui­vante : moi qui m’étais ima­gi­né que la fran­chise était une va­leur fon­da­men­tale dans un couple, je suis face à l’évi­dence que plus on dit la vé­ri­té sur ce que l’on res­sent, plus on a de chances d’être mal per­çue. Qu’y a-t-il de mal à rê­ver quand on le dit ou­ver­te­ment à l’autre ? Une amou­reuse de la vie

Met­tez-vous à la place de votre ma­ri et de­man­dez-vous com­ment vous pren­driez ça s’il vous ré­vé­lait son at­trait pour une ancienne flamme ? Je ne suis pas cer­taine que vous trou­ve­riez ça amu­sant, ni même in­té­res­sant. Ne vous a-t-on pas dé­jà dit que cer­taines vé­ri­tés ne sont pas bonnes à dire ? Et sur­tout, pre­nez le temps d’ana­ly­ser vos mo­tifs pour être aus­si at­ti­rée par un autre homme que votre ma­ri ?

Je suis une femme ho­mo­sexuelle qui n’a ja­mais eu la chance de ren­con­trer une femme qui lui donne en­vie de par­ta­ger sa vie. Non pas que je n’ai­me­rais pas que ça se pro­duise dans ma vie, mais les cir­cons­tances ont fait que ça ne s’est ja­mais pro­duit. J’ai quelques amies gaies qui me disent d’al­ler sur des sites de ren­contre, mais je n’ose pas parce que j’ai peur de ce que je risque d’y ren­con­trer. Pro­ba­ble­ment des filles qui cherchent des aven­tures d’un soir comme mes amis gais, alors que moi je cherche une vraie re­la­tion ? Prête à s’en­ga­ger

Qui vous a dit que les sites de ren­contres n’étaient que des pièges à cons ré­ser­vés à des gens sans en­ver­gure ? Là comme ailleurs, il y a du bon, du moins bon et du mau­vais. À vous d’user de votre pers­pi­ca­ci­té pour faire le tri. Bonne chance !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.