FAITS SUR ME­SURE POUR LE SYS­TÈME L’im­pact

De Vic­tor Mete et Noah Juul­sen pour­rait être plus grand que pré­vu

Le Journal de Quebec - - SPORTS - Jo­na­than Ber­nier l Jber­nier­jdm

Ap­pa­rem­ment, le Ca­na­dien sou­haite dé­ployer plus de ra­pi­di­té et de rythme dans ses sor­ties de zone. Si tel est le cas, Vic­tor Mete et Noah Juul­sen, mal­gré leur jeune âge, pour­raient jouer avec plus d’ai­sance que cer­tains vé­té­rans.

Uti­li­sés en­semble au cours des der­niers jours, Juul­sen et Mete ont dé­mon­tré une belle com­pli­ci­té lors de la vi­site des De­vils du New Jer­sey, lun­di.

« On a joué quelques matchs en­semble l’an der­nier, a rap­pe­lé Mete au terme de cette ren­contre. Je me sens plus à l’aise de me por­ter en at­taque quand je sais qu’il est der­rière. Ce soir [lun­di], nous avons ef­fec­tué quelques at­taques à quatre. »

C’est jus­te­ment en se por­tant en at­taque que Mete a pu ins­crire le pre­mier but du Ca­na­dien. Au cours du pre­mier vingt, un ap­pui si­mi­laire de sa part avait of­fert à Art­tu­ri Leh­ko­nen une belle oc­ca­sion de mar­quer.

SANS PRES­SION

La pré­sence de Juul­sen n’ex­plique pas tout. Il a beau dé­mon­trer beau­coup de po­ten­tiel, il est loin d’af­fi­cher l’ex­pé­rience d’un Shea We­ber, avec qui Mete a joué plusieurs de ses 49 pre­miers matchs dans l’uni­forme tri­co­lore.

« Vic­tor a tou­jours eu beau­coup de confiance. C’est la rai­son pour la­quelle il s’est taillé une place dans l’équipe l’an pas­sé. Il n’est ar­ri­vé avec aucune pres­sion. Il a fait ce qu’il avait à faire », a dé­crit Claude Ju­lien, ré­su­mant par cette dé­cla­ra­tion ce qui fait le suc­cès de l’ar­rière de 20 ans.

Fa­cile de n’ar­ri­ver avec aucune pres­sion lorsque per­sonne ne s’at­tend à vous voir faire par­tie l’équipe. Ça peut de­ve­nir une autre paire de manches quand les at­tentes changent à votre en­droit.

« Pour moi, c’est pas mal la même chose [que l’an der­nier]. Je ne veux pas trop pen­ser, je veux juste jouer à ma fa­çon et ré­pé­ter ce qui m’a ai­dé à me rendre ici », a in­di­qué Mete, ajou­tant vou­loir ci­men­ter la place qu’il a ac­quise l’an der­nier.

OU­VER­TURE BÉANTE À DROITE

Même s’il a dis­pu­té les 23 der­niers matchs de la sai­son et qu’il connaît un bon camp, Juul­sen ne tient rien pour ac­quis.

« Je veux res­ter à Mon­tréal, mais je dois ga­gner ma place. L’an der­nier, j’ai re­çu un rap­pel, mais je dois re­com­men­cer à zé­ro », a-t-il sou­li­gné.

Tou­te­fois, l’ab­sence de We­ber, sur le car­reau jus­qu’à la mi-dé­cembre, crée une ou­ver­ture béante du cô­té droit. En­core là, le choix de pre­mier tour du Ca­na­dien en 2015 re­fuse de crier vic­toire trop ra­pi­de­ment.

« Il y a un poste libre à la ligne bleue, c’est vrai. Mais il y a aus­si de bons dé­fen­seurs gau­chers qui peuvent jouer du cô­té droit. Je dois mé­ri­ter ma place, je ne re­ce­vrai pas de ca­deau. »

Ef­fec­ti­ve­ment, plusieurs dé­fen­seurs gau­chers se battent pour un poste, mais Juul­sen n’a rien à en­vier aux Jor­die Benn, Da­vid Schlem­ko et Re­nat Va­liev, trois gau­chers qu’on a vus sur le flanc droit l’hi­ver der­nier.

Sur­tout sur le plan de la vi­tesse. Et comme la vi­tesse fait main­te­nant foi de tout dans la LNH...

PHO­TO D’ARCHIVES, PIERRE-PAUL POU­LIN

Noah Juul­sen et Vic­tor Mete ont ti­ré leur épingle du jeu face aux De­vils.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.