Cha­put : une carte de plus

Le Journal de Quebec - - SPORTS - Jean-fran­çois Chau­mont Jf­chau­mont­jdm

Marc Ber­ge­vin a of­fert le 1er juillet des contrats à cinq joueurs : To­mas Ple­ka­nec, Mat­thew Pe­ca, Xavier Ouel­let, Mi­chael Cha­put et Ken­ny Agos­ti­no. À l’ins­tar de celle d’agos­ti­no, l’ac­qui­si­tion de Cha­put est pas­sée as­sez in­co­gni­to.

De­puis le pre­mier jour du camp, Cha­put est dans l’ombre. Mais il pour­rait en sor­tir. Le mal­heur des uns fait tou­jours le bon­heur des autres. En sui­vant ce vieux prin­cipe, Cha­put pour­rait pro­fi­ter de la bles­sure à Ni­co­las Deslauriers pour ga­gner un poste à l’aile du qua­trième trio.

À 26 ans et avec 135 matchs dans la LNH, sous les cou­leurs des Blue Ja­ckets de Co­lum­bus et des Ca­nucks de Van­cou­ver, Cha­put n’a rien d’une verte re­crue. À son pre­mier match pré­pa­ra­toire contre les De­vils du New Jer­sey, le Qué­bé­cois a ga­gné des points en dis­pu­tant une so­lide ren­contre. Il a or­ches­tré le pre­mier but du match, ce­lui de Vic­tor Mete, grâce à une passe pré­cise et une bonne pres­sion en fond de ter­ri­toire. Il a aus­si mon­tré sa po­ly­va­lence en se pro­me­nant du qua­trième trio au deuxième trio après la perte de Deslauriers.

« Ça ne me dé­range pas si je n’attire pas les ré­flec­teurs, a men­tion­né Cha­put après le match. Je ne re­garde pas ce qu’on peut dire sur moi. Je cherche à me dé­mar­quer à ce camp. Je veux ga­gner un poste avec le Ca­na­dien. Si mon nom ne sort pas aus­si souvent que plusieurs autres ai­liers, ça ne me fait rien.

« Chaque fois que je rentre dans un camp, je veux don­ner des maux de tête aux di­ri­geants de l’équipe, a-t-il pour­sui­vi. C’est à moi de com­pli­quer les décisions. Je suis moins stres­sé qu’à mes pre­miers camps dans la LNH. J’ai moins de pa­pillons dans le ventre. Ce n’est pas de l’in­con­nu. J’ai joué dans la LNH et je connais plusieurs joueurs. »

LE CH AVANT LE RO­CKET

Après deux sai­sons à rou­ler sa bosse entre Uti­ca – une ville si­tuée dans l’état de New York, dans la Ligue amé­ri­caine – et Van­cou­ver, Cha­put a ac­cep­té une en­tente de deux ans à deux vo­lets avec le CH.

S’il gagne son pa­ri et qu’il reste à Mon­tréal, il em­po­che­ra un sa­laire de 675 000 $. Mais s’il doit prendre le che­min de La­val, il tou­che­ra un très bon sa­laire pour la Ligue amé­ri­caine à 275 000 $ et une pro­messe de fi­nir l’an­née avec un mi­ni­mum de 325 000 $, même s’il n’ob­tient au­cun rap­pel avec le grand club.

« Quand j’ai ac­cep­té l’offre, Marc [Ber­ge­vin] ne m’a pas par­lé du Ro­cket, a ex­pli­qué Cha­put. Il m’a dit qu’il vou­lait me voir au camp. J’ai juste ré­pon­du que j’étais pour être prêt. Je veux faire l’équipe. Je ne veux pas par­ler de la Ligue amé­ri­caine pour l’ins­tant. Mais je com­prends qu’on me pose la ques­tion puisque j’ai joué plusieurs ren­contres dans L’AHL. Si je de­vais y re­tour­ner, j’agi­rai comme un bon me­neur. Je me ré­pète, mais mon but reste Mon­tréal. »

AMI DE BUR­ROWS

Mal­gré la bles­sure à Deslauriers, il y a en­core une abon­dance d’ai­liers à ce camp du CH. Les Ni­ki­ta Scher­bak, Jacob de la Rose, Hun­ter Shin­ka­ruk, Mi­chael Mc­car­ron se bat­tront avec des joueurs plus ex­pé­ri­men­tés comme Cha­put, By­ron Froese et Ken­ny Agos­ti­no pour les der­niers postes au sein de l’équipe de Claude Ju­lien.

En­core une fois, il ne s’agit pas de son sou­hait, mais avec le Ro­cket à La­val, Cha­put re­noue­rait avec un an­cien co­équi­pier chez les Ca­nucks de Van­cou­ver en Alexandre Bur­rows, un ad­joint de Joël Bou­chard.

« Alex est l’un de mes bons amis, je trouve ça en­core bi­zarre de le voir de l’autre cô­té, a-t-il dit. Quand nous fai­sions nos exa­mens phy­siques, il nous re­gar­dait bien tran­quille. » jean-fran­cois.chau­mont @que­be­cor­me­dia.com

« JE VEUX DON­NER DES MAUX DE TÊTE AUX DI­RI­GEANTS DE L’ÉQUIPE » – Mi­chael Cha­put

PHO­TO AGENCE QMI

Mi­chael Cha­put es­père cau­ser une sur­prise au camp d’en­traî­ne­ment du Ca­na­dien.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.