Les premiers clients sont des connais­seurs qui en fument du bon

Seuls les fu­meurs les plus dé­ter­mi­nés sont re­par­tis hier avec leur sac rem­pli des premiers grammes de pot lé­gal

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - CA­MILLE GAR­NIER

Les fu­meurs quo­ti­diens et les pas­sion­nés de can­na­bis com­po­saient hier le gros des clients dans les suc­cur­sales de la So­cié­té qué­bé­coise du can­na­bis, alors que les simples cu­rieux re­brous­saient che­min de­vant la lon­gueur des files d’at­tente.

De­vant la suc­cur­sale de Mi­ra­bel, et même après une de­mi-heure d’at­tente, Tho­mas Pi­card et Alexandre Rus­sell, âgés de 24 et 23 ans ne ca­chaient pas leur joie.

« Ce­la fait huit ans qu’on parle que ce­la de­vrait être lé­gal, donc, oui, on l’at­ten­dait cette jour­née-là », ex­pli­quait Tho­mas Pi­card, qui tra­vaille comme su­per­vi­seur de cui­sine.

Les deux amis ont pro­fi­té d’un jour de congé pour al­ler ef­fec­tuer leur pre­mier achat de can­na­bis lé­gal.

HIS­TO­RIQUE

Pour eux, qui re­con­naissent fu­mer quo­ti­dien­ne­ment, le mo­ment était his­to­rique.

« On sort de l’illé­ga­li­té fran­che­ment, s’en­thou­sias­mait Tho­mas, qui ex­plique fu­mer après le tra­vail pour se dé­tendre. Mon père a 69 ans et, là, il me pro­pose de ré­es­sayer ça [le can­na­bis], ce qu’il a pas fait de­puis 35 ans. Je pense vrai­ment que la culture du can­na­bis va s’im­pré­gner au Qué­bec grâce à la lé­ga­li­sa­tion. »

« C’est fi­ni, le mar­ché noir. Je vais tou­jours ve­nir ici (SQDC). Dans le mar­ché noir, on ne sait pas ce qu’il y a dans le pot », a dit de son cô­té Da­niel La­pointe, à la SQDC de la rue Bou­vier, à Qué­bec.

Dans la suc­cur­sale de Mi­ra­bel en mi­lieu de jour­née, les va­rié­tés de pot les plus puis­santes étaient dé­jà épui­sées.

Il faut dire que, comme Tho­mas et Alexandre, l’im­mense ma­jo­ri­té des clients ve­nus ache­ter hier en bou­tique étaient des consom­ma­teurs aver­tis. Les cu­rieux étaient rares.

« Je pense qu’ils sont peut-être pas ve­nus faire la file pen­dant trois heures, ils vont at­tendre la se­maine pro­chaine », ex­pli­quait de­vant la suc­cur­sale de Saint-jean-sur-ri­che­lieu, Vincent, un jeune homme de 22 ans.

CHOIX

Un étu­diant à la Fa­cul­té de droit de l’uni­ver­si­té de Sher­brooke et ses amis étaient sur­tout ve­nus pour pro­fi­ter du large choix de pot qu’offre la SQDC. « Je suis content de pou­voir choi­sir entre Sa­ti­va et In­di­ca [deux des trois va­rié­tés de pot dis­po­nibles en ma­ga­sin] », com­men­tait Char­lie.

Le jeune gar­çon aux fines lu­nettes et à la mine stu­dieuse se di­sait ex­ci­té d’échap­per aux contraintes ha­bi­tuelles du mar­ché noir.

« D’ha­bi­tude, je prends ce que la per­sonne a. C’est la chance, pis c’est ce que je vais fu­mer pour deux se­maines après » ré­su­mait-il.

Un peu plus loin, Ch­ris­to­pher Bois­clair se ré­jouis­sait de ses em­plettes du jour. Dans son sac en pa­pier brun, il em­por­tait une ving­taine de grammes des trois va­rié­tés dis­po­nibles, ache­tés pour 156 $.

« C’est juste pour es­sayer les sortes. C’est plus cher [qu’au mar­ché noir], mais si c’est vrai­ment bon... » in­di­quait l’homme.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.