Où s’en va Le De­voir ?

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - JO­SEPH FACAL jo­[email protected]­be­cor­me­dia.com

Dé­jà abor­dée par Ri­chard Mar­ti­neau, l’af­faire est as­sez grave pour que j’y re­vienne.

Sa­me­di der­nier, un éditorial de Ro­bert Du­tri­sac dans Le De­voir avan­çait que la charte des va­leurs du gouvernement Ma­rois ten­tait « d’ex­ploi­ter les sen­ti­ments chau­vins et xé­no­phobes d’une frange ré­ac­tion­naire de la po­pu­la­tion (…) ».

C’est in­qua­li­fiable.

N’IM­PORTE QUOI

Quand on lance une ac­cu­sa­tion aus­si grave, on doit l’ac­com­pa­gner d’une dé­mons­tra­tion étof­fée. Ici, le vide ab­so­lu.

Re­pre­nons nos es­prits : la charte ne vou­lait pas in­ter­dire à qui­conque, y com­pris à un em­ployé de l’état, de croire à la re­li­gion de son choix.

Elle po­sait que l’état doit être neutre en ma­tière re­li­gieuse. Con­sé­quem­ment, elle es­ti­mait né­ces­saire que ceux qui re­pré­sentent l’état fassent preuve de ré­serve en ma­tière de foi pen­dant les heures de tra­vail.

En de­hors du tra­vail, cette per­sonne fré­quen­te­ra les lieux de culte et ar­bo­re­ra les signes re­li­gieux qu’elle veut.

Où est l’ex­ploi­ta­tion de « sen­ti­ments chau­vins et ré­ac­tion­naires » ?

Par ailleurs, tous les son­dages in­di­quaient qu’une ma­jo­ri­té de fran­co­phones ap­puyait cette charte.

On n’est pas obli­gé d’être d’ac­cord avec une opi­nion parce qu’elle est ma­jo­ri­taire, mais ce­la fait quelques mil­lions de per­sonnes que l’on as­so­cie gros­siè­re­ment au chau­vi­nisme et à la xé­no­pho­bie.

De tels pro­pos n’au­raient pas éton­né sous la plume de cer­tains chro­ni­queurs du De­voir.

Le pro­blème est qu’il s’agis­sait d’un éditorial, donc de la po­si­tion of­fi­cielle de la mai­son.

Si c’est le cas, je confesse que je se­rais at­tris­té, mais pas éton­né.

Suis-je le seul à no­ter que ce jour­nal se cherche un po­si­tion­ne­ment de­puis long­temps ?

Suis-je le seul à no­ter que hor­mis les Rioux, Da­vid et Cor­nel­lier, on y re­trouve en quan­ti­té abon­dante tous les pon­cifs de la rec­ti­tude po­li­tique pseu­do-pro­gres­siste ?

Suis-je le seul à no­ter, dans les ar­ticles si­gnés par les jeunes jour­na­listes, le conster­nant re­tour du mot « pro­vince », tech­ni­que­ment cor­rect, mais dont ils ne me­surent pas, car ils n’ont au­cune mé­moire po­li­tique, la triste ré­gres­sion dont il est por­teur ?

Cette évo­lu­tion se­rait, re­mar­quez, le droit le plus strict des ar­ti­sans du jour­nal, mais elle me semble tran­cher avec une cer­taine idée du Qué­bec long­temps dé­fen­due par cette ins­ti­tu­tion.

ODIEUX

Dans une ten­ta­tive ra­tée de ré­tro­pé­da­lage, M. Du­tri­sac ajoute que la charte fai­sait pas­ser pour des « va­leurs qué­bé­coises » et pour un en­jeu « iden­ti­taire » cette va­leur « uni­ver­selle » que se­rait la laï­ci­té. Cette op­po­si­tion est to­ta­le­ment fac­tice. Le che­mi­ne­ment du Qué­bec vers la laï­ci­té, dé­bu­té gros­so mo­do avec la Révolution tran­quille, est en phase avec la sé­cu­la­ri­sa­tion crois­sante des so­cié­tés oc­ci­den­tales.

Il n’y a donc au­cun pro­blème à dire d’une va­leur à vo­ca­tion uni­ver­selle qu’elle est aus­si une va­leur « qué­bé­coise », et donc une com­po­sante de notre « iden­ti­té » col­lec­tive, à la­quelle on s’at­tend que se conforment ceux qui choi­sissent de de­ve­nir des Qué­bé­cois.

Certes, le PQ a eu tort de vou­loir en faire un en­jeu élec­to­ral. Mais c’est un autre dé­bat, qui n’a rien à voir avec l’odieuse et gra­tuite ac­cu­sa­tion pro­fé­rée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.