Rè­gle­ment de comptes avec Si­mon Du­ri­vage

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS -

Un livre de mé­moires se­rait bien fade sans un rè­gle­ment de comptes ron­de­ment me­né. Une vie sans peur et sans re­gret ne manque pas à la règle. De­nise Bom­bar­dier en pro­fite pour se li­vrer à une exé­cu­tion en règle de Si­mon Du­ri­vage, avec qui elle a dû ani­mer Le Point, au dé­but des an­nées 1980, sur les ondes de Ra­dio-ca­na­da. À la lire, l’ex­pé­rience fut ma­ni­fes­te­ment exé­crable, à bien des égards, trau­ma­ti­sante.

Le cé­lèbre ani­ma­teur de Ra­dio-ca­na­da, qui a pris sa re­traite en 2015, est pré­sen­té de ma­nière la­pi­daire comme un per­son­nage spon­ta­né­ment por­té au « mé­pris du pu­blic po­pu­laire » et ca­pable de « dé­pen­ser une éner­gie consi­dé­rable à fo­men­ter [cer­taines] niai­se­ries au lieu de lire les dos­siers que lui pré­pa­raient ses re­cher­chistes ul­tra-com­pé­tents ».

VUL­GA­RI­TÉ EN PER­MA­NENCE

Elle ajoute : « Le vo­ca­bu­laire de Si­mon Du­ri­vage, qui sa­vait cour­ti­ser les pa­trons, as­su­rer son ve­det­ta­riat, n’avait rien de châ­tié et frô­lait la vul­ga­ri­té en per­ma­nence ». Comment ex­pli­quer alors sa pré­sence en ondes? Bom­bar­dier en ra­joute : « Vrai­sem­bla­ble­ment parce qu’il était un homme sûr pour l’ins­ti­tu­tion, ca­pable d’ava­ler toutes les cou­leuvres. De fait, il a ga­gné le match puis­qu’il s’est main­te­nu à l’an­tenne plus de 30 ans, jus­qu’à ce que sa fi­gure se froisse et que sa voix trem­blote et va­cille, ex­ploit à la portée d’au­cune femme même par­mi les plus com­pé­tentes ». Fait à no­ter : c’est un des rares pas­sages du livre où Bom­bar­dier écorche di­rec­te­ment quel­qu’un, sans gom­mer son nom. Dans un Qué­bec mé­dia­tique ha­bi­tué au consen­sus, ce pas­sage à la var­lope fe­ra pro­ba­ble­ment ja­ser.

IN­FOR­MA­TION SU­PER­FI­CIELLE

Au bout d’un an, De­nise Bom­bar­dier se re­ti­re­ra d’une émis­sion qui, au-de­là de ses mau­vaises re­la­tions avec son coa­ni­ma­teur, an­non­çait dé­jà, se­lon elle, une in­for­ma­tion su­per­fi­cielle éla­bo­rée « dans un environnement fé­brile où la der­nière nou­velle chasse la pré­cé­dente, fré­né­sie qui a pour ef­fet, à long terme, de ni­ve­ler les conte­nus et d’ex­clure les su­jets com­plexes dont la com­pré­hen­sion exige de la mise en pers­pec­tive et des rap­pels his­to­riques consé­quents ».

Il n’est pas in­ter­dit d’es­pé­rer que cette ré­flexion sus­cite elle aus­si un dé­bat pu­blic.

Édi­tions PLON, 480 pages UNE VIE SANS PEUR ET SANS RE­GRET

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.