C’est dé­pri­mant

Le Journal de Quebec - - OPINIONS - CLAUDE VILLE­NEUVE claude.ville­[email protected]­be­cor­me­dia.com @vclaude

Per­son­nel­le­ment, je n’ai ja­mais été contre la lé­ga­li­sa­tion du can­na­bis. Je ne trouve pas ça in­tel­li­gent de ju­di­cia­ri­ser un com­por­te­ment lar­ge­ment ré­pan­du et plu­tôt bé­nin pour la plu­part des gens qui le pra­tiquent.

En même temps, je n’ai ja­mais com­pris que cer­tains en fassent une prio­ri­té. Quand je mi­li­tais en po­li­tique et que je fai­sais des kiosques dans les cé­geps et les uni­ver­si­tés, im­man­qua­ble­ment, j’avais un ou deux drôles pour ve­nir me dire : « Si tu lé­ga­lises le weed, m’a vo­ter pour toé, dude… »

J’ai tou­jours eu un peu pi­tié de ces gens pour qui le droit de s’al­lu­mer pour­rait dé­ter­mi­ner leur al­lé­geance po­li­tique. Il y a des en­jeux plus ur­gents que ça, non ? Jus­tin Tru­deau n’est peut-être pas d’ac­cord, on di­rait…

Plu­sieurs pré­fèrent l’al­cool, une autre sub­stance dont la consom­ma­tion est ré­gie par plein de règles ins­pi­rées de la pro­hi­bi­tion qui n’ont plus leurs rai­sons d’être. Pour­quoi des gens qui boivent une bou­teille de blanc dans un parc se font-ils écoeu­rer ? Pour­quoi ne pour­rait-on pas ache­ter de la bière chez Couche-tard après 23 h ?

Mais ça ne chan­ge­ra pro­ba­ble­ment pas, parce que per­sonne ne trouve ça as­sez im­por­tant pour en faire une prio­ri­té po­li­tique.

SPEC­TACLE AF­FLI­GEANT

Pour le can­na­bis tou­te­fois, ça semble dif­fé­rent. À lire ce qui se ra­conte sur les fo­rums de dis­cus­sion et dans les com­men­taires sous les ar­ticles, on se rend compte qu’il y a une vé­ri­table frange d’ac­ti­vistes du droit à la co­cotte ; qui se pas­sionnent pour les nuances fines entre les ef­fets res­pec­tifs des plants de va­rié­té Sa­ti­va, In­di­ca ou hy­bride qui se­ront ven­dus à la SQDC ; qui crie­ront « PROHIBITIONNISTES ! » à qui­conque vien­dra sug­gé­rer un cer­tain en­ca­dre­ment à ce qu’ils consi­dèrent comme une des li­ber­tés hu­maines les plus élé­men­taires. À cha­cun ses com­bats, j’ima­gine...

Tout ce­la est bien dé­pri­mant. Ça me re­ve­nait en tête alors que je me suis ren­du dans le sta­tion­ne­ment d’une suc­cur­sale de la SQDC ou­verte hier.

Quel spec­tacle af­fli­geant. Une ma­jo­ri­té de jeunes hommes, cas­quettes ou ca­pu­chons sur la tête, plu­sieurs avec les dents gâ­tées, qui at­tendent pen­dant des heures et sur plu­sieurs cen­taines de pieds au froid, au vent et à la pluie tout en se mo­quant des pas­sants et en fai­sant des doigts d’hon­neur aux cu­rieux. C’est une ma­nière comme une autre de sou­li­gner une jour­née « his­to­rique ».

« Ce n’est pas pire que ceux qui ont fait la file pour l’ou­ver­ture du IKEA de Qué­bec », me ré­pon­dra-t-on. Bien oui, ce n’est pas pire, mais s’il y a une chose dont je suis cer­tain, c’est que ce n’est vrai­ment pas mieux !

En plus, à Sainte-foy, il y en a qui se sont bat­tus pour gar­der leur place dans la file. De­puis le temps que les mi­li­tants de la lé­ga­li­sa­tion nous disent que les amis de Ma­rie-jeanne sont plus pa­ci­fistes que ceux qui fré­quentent la dive bou­teille…

STIG­MATES SO­CIAUX

Bref, on a lé­ga­li­sé, c’est fait. Ceux qui veulent fu­mer pour­ront le faire en paix. Et on pour­ra en­fin par­ler d’autres choses. Fort bien.

Ce­la dit, ce se­rait peut-être le temps que cer­tains se trouvent d’autres pas­sions, parce que la lutte pour faire dis­pa­raître les stig­mates so­ciaux qui af­fectent les consom­ma­teurs, elle a re­cu­lé da­van­tage qu’elle n’a avan­cé, hier.

Di­rec­teur Opinions

Il y a une vé­ri­table frange d’ac­ti­vistes du droit au THC.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.