Tran­si­tion en dou­ceur der­rière le banc

Todd Reir­den n’a pas chan­gé sa mé­thode d’ap­proche avec les Ca­pi­tals

Le Journal de Quebec - - SPORTS -

AGENCE QMI | Les Ca­pi­tals de Wa­shing­ton, cham­pions en titre de la coupe Stan­ley, n’ont pas eu à cher­cher bien loin au mo­ment de trou­ver un suc­ces­seur à l’en­traî­neur-chef Bar­ry Trotz. Pour une tran­si­tion en dou­ceur, Todd Reir­den était l’homme tout dé­si­gné.

« Il y a eu beau­coup de cris dans notre mai­son du bon­heur, a illus­tré Reir­den, dans un re­por­tage du ma­ga­zine Sports Il­lus­tra­ted, ra­con­tant l’an­nonce de la grande nou­velle à son épouse Shel­by et à son fils Tra­vis, en juin der­nier. Avec le nombre d’en­droits où on a dé­mé­na­gé et les sa­cri­fices ef­fec­tués au fil des ans, c’est un beau cha­pitre pour cha­cun de nous. »

Lui-même un an­cien joueur, Reir­den, 47 ans, a évo­lué pour les Oi­lers d’ed­mon­ton, les Blues de St. Louis, les Th­ra­shers d’at­lan­ta et les Coyotes de Phoe­nix. Il a sur­tout traî­né son ba­lu­chon aux quatre coins des États-unis, via la Ligue in­ter­na­tio­nale et la Ligue amé­ri­caine, à Chi­ca­go, San An­to­nio, Ha­mil­ton et Cin­cin­na­ti, entre autres. Il a fi­na­le­ment conclu sa car­rière de dé­fen­seur en Al­le­magne et en Au­triche.

DES­TIN LIÉ À MI­CHEL THERRIEN

Comme en­traî­neur, sa car­rière a été lan­cée dé­fi­ni­ti­ve­ment du­rant la sai­son 20082009 lorsque le Qué­bé­cois Mi­chel Therrien a été congé­dié et rem­pla­cé par Dan Byls­ma chez les Pen­guins de Pitts­burgh. Reir­den pas­sait du même coup d’as­sis­tant à en­traî­neur-chef au sein du club-école de Wilkes-barre/scran­ton. Il s’est lui-même re­trou­vé à Pitts­burgh, comme ad­joint, pen­dant quatre ans avant de se joindre les Ca­pi­tals en 2014.

« Nous le connais­sons de­puis des an­nées, a af­fir­mé Alexan­der Ove­ch­kin, à pro­pos de Reir­den, dans ce même re­por­tage. Il n’a pas chan­gé. Il est le même et c’était vrai­ment im­por­tant pour nous. »

En of­frant une pro­mo­tion à Reir­den, les Ca­pi­tals de­ve­naient seule­ment la qua­trième équipe à chan­ger d’en­traî­neur après avoir rem­por­té la coupe Stan­ley. Cette fois, la dé­ci­sion venait de Trotz, qui s’est joint par la suite aux Is­lan­ders de New York.

L’IM­POR­TANCE DES DÉ­TAILS

Même s’il est main­te­nant le maître à bord, Reir­den n’a pas mo­di­fié son ap­proche au­près de ses joueurs. Mi­nu­tieux, il s’at­tarde aux moindres dé­tails en com­pa­gnie des ath­lètes. Et quand ceux­ci vont dans son bu­reau, ils s’as­soient en­semble sur un di­van plu­tôt que sur la tra­di­tion­nelle chaise droite sé­pa­rée par le bu­reau de l’en­traî­neur.

« Ce n’est pas comme la vieille re­la­tion entre un pa­tron et ses em­ployés, a lui­même conve­nu Reir­den. Il doit y avoir de l’ou­ver­ture. Pour moi, le di­van per­met aux joueurs de com­prendre qu’on tra­vaille en­semble pour s’amé­lio­rer. »

PHO­TO AFP

Après quatre ans comme en­traî­neur ad­joint chez les Ca­pi­tals, Todd Reir­den est main­te­nant le seul maître der­rière le banc des cham­pions de la coupe Stan­ley. Il n’a tou­te­fois pas l’in­ten­tion de mo­di­fier son ap­proche au­près des joueurs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.