DES FONC­TION­NAIRES CUMULENT 100 JOURS DE CONGÉS DE MA­LA­DIE

Le gou­ver­ne­ment paie­ra 70 M$ pour vi­der les banques

Le Journal de Quebec - - LA UNE - PA­TRICK BELLEROSE

Qué­bec dé­bour­se­ra quelque 70 mil­lions $ d’ici 2024 pour vi­der les banques de congés de ma­la­die ac­cu­mu­lés an­née après an­née par ses fonc­tion­naires, qui at­teignent pour cer­tains plus de 100 jours à payer.

Ain­si, les 9930 fonc­tion­naires et pro­fes­sion­nels qui ont une banque de congés de ma­la­die su­pé­rieure à 20 jours se par­ta­ge­ront en moyenne plus de 7000 $ cha­cun.

Mais cer­tains ob­tien­dront beau­coup plus. Se­lon des don­nées four­nies lors de l’étude des cré­dits, 48 em­ployés du Se­cré­ta­riat du Conseil du tré­sor cu­mu­laient plus de 100 jours, soit plus de quatre mois, dans leur banque de congés de ma­la­die l’an der­nier. Ceux-ci re­ce­vront en moyenne près de 40 000 $ cha­cun.

À Re­ve­nu Qué­bec, ce sont 443 pro­fes­sion­nels qui se par­ta­ge­ront en moyenne plus de 34 600 $.

C’est qu’en ver­tu des conven­tions col­lec­tives si­gnées en avril 2017 et au prin­temps der­nier avec le SFPQ et le SPGQ – les deux syn­di­cats qui re­pré­sentent les fonc­tion­naires du gou­ver­ne­ment –, il se­ra dé­sor­mais im­pos­sible pour un em­ployé d’ac­cu­mu­ler plus de 20 jour­nées dans sa banque de congés de ma­la­die.

NOU­VEAU RÉ­GIME

Qué­bec sou­haite ain­si mettre fin à la pra­tique qui per­met­tait jus­qu’à ré­cem­ment à ses em­ployés de conser­ver les jour­nées de congé non uti­li­sées à la fin d’une an­née pour les uti­li­ser plus tard.

Plu­sieurs fonc­tion­naires ac­cu­mu­laient ain­si des se­maines, voire des mois, de congés en banque qu’ils uti­li­saient pour par­tir à la re­traite plus tôt. Les jour­nées ain­si amas­sées se re­trou­vaient tou­te­fois à être payées au sa­laire ac­tuel de l’em­ployé en fin de car­rière, plu­tôt qu’au taux ho­raire qu’il re­ce­vait à l’époque.

Entre 2012 et 2017, 70 % des fu­turs re­trai­tés ont ac­cu­mu­lé leurs congés de ma­la­die pour pou­voir par­tir avant leur re­traite, rap­por­tait TVA Nou­velles l’an der­nier, en ci­tant une de­mande d’ac­cès à l’in­for­ma­tion de la Fé­dé­ra­tion ca­na­dienne des contri­buables.

MAXI­MUM DE 20 JOURS

En 2022, les jour­nées de ma­la­die ex­cé­dant 20 jours se­ront rem­bour­sées à hau­teur de 70 % aux fonc­tion­naires qué­bé­cois. Les pro­fes­sion­nels, eux, re­ce­vront leur chèque en 2024. D’ici là, les em­ployés ont aus­si la pos­si­bi­li­té de trans­for­mer an­nuel­le­ment cinq jour­nées de congé de ma­la­die en va­cances afin d’épui­ser leur banque.

Une porte-pa­role du Conseil du tré­sor sou­ligne qu’au « plan comp­table », les mo­di­fi­ca­tions sont « à coût nul pour le gou­ver­ne­ment » puisque les sommes sont dé­jà pré­vues dans le Fonds des congés de ma­la­die ac­cu­mu­lés par la Caisse de dé­pôt.

Gé­ré par la Caisse de dé­pôt et pla­ce­ment du Qué­bec, ce­lui-ci est do­té d’une somme de près de 1,2 mil­liard $.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.