État d’alerte aux États-unis

Des co­lis ex­plo­sifs ciblent des per­son­na­li­tés an­ti-trump

Le Journal de Quebec - - LA UNE -

LE JOUR­NAL | Des bombes ar­ti­sa­nales en­voyées à des per­son­na­li­tés dé­mo­crates sou­vent dé­criées par le pré­sident ré­pu­bli­cain Do­nald Trump ont se­mé la ter­reur hier aux États-unis à quelques jours des élec­tions de mi-man­dat.

Tout a com­men­cé lun­di lors­qu’un co­lis sus­pect conte­nant un en­gin ex­plo­sif a été re­trou­vé dans la boîte aux lettres du mil­liar­daire proche des dé­mo­crates George So­ros.

Puis hier, plu­sieurs autres en­vois pos­taux à des per­son­na­li­tés dé­mo­crates comme la can­di­date au poste de pré­si­dente en 2016, Hilla­ry Clin­ton, et l’an­cien pré­sident Ba­rack Oba­ma, ont été in­ter­cep­tés par les Ser­vices se­crets amé­ri­cains.

Peu de temps après, l’édi­fice Time War­ner Cen­ter, où sont si­tués les bu­reaux de la chaîne CNN, a dû être éva­cué après qu’un autre co­lis sus­pect ( voir pho­to) a été trou­vé.

EN­VOIS CO­OR­DON­NÉS

Se­lon des res­pon­sables amé­ri­cains ci­tés par plu­sieurs mé­dias, les pa­quets contien­draient un ob­jet d’une quin­zaine de cen­ti­mètres, et cer­tains ren­fer­me­raient une poudre blanche dont on ne connaît pas en­core la na­ture.

Ils contien­draient tous des ob­jets si­mi­laires à ce­lui en­voyé à la de­meure de M. So­ros lun­di.

Au­cun des co­lis n’a ex­plo­sé et per­sonne n’a été bles­sé, mais les au­to­ri­tés ont été mises sur un pied d’alerte.

Per­sonne n’a en­core re­ven­di­qué leur en­voi. Ce­pen­dant, un res­pon­sable du bu­reau an­ti­ter­ro­riste du Fe­de­ral Bu­reau of In­ves­ti­ga­tion (FBI) à New York a lais­sé en­tendre qu’il s’agis­sait d’en­vois co­or­don­nés.

Les au­to­ri­tés amé­ri­caines ci­tées par le quo­ti­dien New York Times pensent que la per­sonne qui a ap­po­sé les timbres en a mis plus qu’il faut afin d’évi­ter d’avoir à se rendre dans un bu­reau de poste. Il s’agi­rait d’une mé­thode pour évi­ter d’être re­tra­cé.

En dé­but de soi­rée hier, le FBI a aver­ti la po­pu­la­tion que d’autres en­vois pour­raient avoir été faits, puis a ap­pe­lé à res­ter vi­gi­lant. Au­cune ar­res­ta­tion n’avait été an­non­cée hier soir.

TRUMP RES­PON­SABLE ?

Plu­sieurs per­son­na­li­tés po­li­tiques ont sai­si l’oc­ca­sion pour rap­pe­ler les pro­pos par­fois vio­lents de M. Trump à l’en­droit de ses ad­ver­saires po­li­tiques ( voi­rau­tre­texte).

Lors d’un ras­sem­ble­ment au Wis­con­sin hier, ce­lui­ci a condam­né à nou­veau l’en­voi des co­lis ex­plo­sifs. Mais il a aus­si af­fir­mé que les mé­dias se de­vaient d’uti­li­ser « un ton cour­tois et de ces­ser les hos­ti­li­tés sans fin et les his­toires et at­taques né­ga­tives constantes et sou­vent fausses ».

L’en­voi de ces en­gins ex­plo­sifs sur­vient à 13 jours des élec­tions de mi-man­dat du 6 no­vembre. Leur is­sue se­ra dé­ter­mi­nante pour la suite de la pré­si­dence Trump, car les dé­mo­crates pour­raient re­prendre le contrôle d’au moins une des deux chambres au par­le­ment.

La cam­pagne était ré­cem­ment do­mi­née par les in­for­ma­tions sur des mil­liers de mi­grants mar­chant vers la fron­tière mexi­ca­no-amé­ri­caine. Le pré­sident amé­ri­cain, qui mul­ti­plie les ras­sem­ble­ments, a dé­cla­ré que les mi­grants étaient ai­dés par les dé­mo­crates.

–AVECL’AFPETCNN

PHO­TOS AFP

Ci-des­sus : une image du co­lis sus­pect re­çu aux bu­reaux de CNN montre un tuyau d’une di­zaine de cen­ti­mètres de long re­lié à des fils élec­triques et à un dé­to­na­teur. Ci-contre : un ro­bot d’une es­couade an­ti-bombe a été dé­ployé aux bu­reaux de l’élue dé­mo­crate Deb­bie Was­ser­man Schultz à Sun­rise, en Flo­ride. FLO­RIDE MON­TRÉAL TO­RON­TO NEW YORK

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.