La dé­fense de­mande un nou­veau juge

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - JEAN-FRAN­ÇOIS RA­CINE

Après le re­jet de la re­quête en ar­rêt des pro­cé­dures, le pro­cès de l’ex-por­tier du Fo­li­chon a été sus­pen­du à la suite d’une de­mande de ré­cu­sa­tion du juge Jean-paul De­coste, hier, à Qué­bec.

Le juge a re­je­té cette de­mande sur le banc, mais l’avo­cat de Vic­tor Ro­bi­taille-drouin va de­man­der à la Cour su­pé­rieure de re­voir cette dé­ci­sion. La dé­fense es­time que le juge qui a en­ten­du la preuve n’est pas im­par­tial. L’an­cien por­tier a in­di­qué qu’il se sen­tait lé­sé.

Dans sa nou­velle re­quête dé­po­sée en Cour su­pé­rieure, la dé­fense plaide que le juge s’est pro­non­cé sur le fond de l’af­faire. « Lors de sa dé­ci­sion sur voir-dire, alors qu’il de­vait tran­cher sur l’ab­sence de di­vul­ga­tion de preuves, il s’est d’em­blée pro­non­cé sur le fond de l’af­faire en af­fir­mant “Le coup por­té par l’ac­cu­sé est le seul res­pon­sable des lé­sions de la vic­time” », peut-on lire.

VOIES DE FAIT GRAVES

Me Do­mi­nic Bou­chard es­time que le droit de Vic­tor Ro­bi­taille-drouin à une dé­fense pleine et en­tière a été vio­lé en l’ab­sence d’élé­ments « pri­mor­diaux » dans la preuve.

Ro­bi­taille-drouin est ac­cu­sé de voies de fait graves contre un client après lui avoir as­sé­né un coup de poing lors de son ex­pul­sion du bar. Le coup a été cap­té par une ca­mé­ra de sur­veillance.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.