Les in­tou­chables

Le Journal de Quebec - - OPINIONS - jo­see.le­gault @que­be­cor­me­dia.com @jo­see­le­gault

Mon ca­fé a bien mal pas­sé hier ma­tin. Tout comme le vôtre, j’en suis sûre. Notre Bu­reau d’en­quête rap­por­tait en ef­fet que la Ré­gie de l’as­su­rance ma­la­die du Qué­bec (RAMQ) re­fuse de di­vul­guer les noms des mé­de­cins, phar­ma­ciens et cli­niques trou­vés res­pon­sables de sur­fac­tu­ra­tion vo­lon­taire ou de ré­cla­ma­tion illé­gale de frais ac­ces­soires.

Ces rap­ports res­tent donc se­crets. Les mé­de­cins sont pour­tant payés par les fonds pu­blics. Ce re­fus de la RAMQ consti­tue un manque in­ac­cep­table de trans­pa­rence et d’im­pu­ta­bi­li­té.

Contexte : l’an der­nier, Le Jour­nal fai­sait une de­mande d’ac­cès à l’in­for­ma­tion pour ob­te­nir ces rap­ports d’en­quête. De­puis, la RAMQ mul­ti­plie les ma­noeuvres d’obs­truc­tion.

SCAN­DALE

Dé­jà que les aug­men­ta­tions fa­ra­mi­neuses ac­cor­dées aux mé­de­cins – tout par­ti­cu­liè­re­ment aux spé­cia­listes – font scan­dale de­puis des an­nées. Voi­là que la RAMQ les couvre aus­si d’un bou­clier d’opa­ci­té et d’im­pu­ni­té. Ce qui, dans les faits, les rend in­tou­chables.

Quant à ceux qui, dans la pro­fes­sion mé­di­cale, ont po­sé vo­lon­tai­re­ment des gestes frau­du­leux, ils de­vraient être au­to­ma­ti­que­ment pour­sui­vis au cri­mi­nel. Or, ce­la n’ar­rive que ra­re­ment. La plu­part du temps, on se contente de leur faire rem­bour­ser les fonds pu­blics qu’ils ont dé­tour­nés en plus de ca­cher leurs noms aux contri­buables. Du bien mau­vais théâtre.

Re­di­sons-le. Le duo Couillard-bar­rette, eux-mêmes mé­de­cins spé­cia­listes, a ver­sé dans un trou­blant conflit d’in­té­rêts en fa­vo­ri­sant sa propre pro­fes­sion de toutes les ma­nières pos­sibles. Y com­pris même en ren­dant l’ac­cès des pa­tients aux spé­cia­listes en­core plus dif­fi­cile que ja­mais. Un vrai mar­ché de dupes.

CACHOTTERIES

Pour la nou­velle mi­nistre de la San­té, Da­nielle Mc­cann, l’oc­ca­sion est belle de mettre fin à cette culture du se­cret digne d’un gros vil­lage de no­tables oc­cu­pés à se grat­ter joyeu­se­ment le dos entre eux.

En ma­tière de gou­verne et de red­di­tion de comptes, ces coû­teuses cachotteries doivent ces­ser. Et ça tombe bien. La mi­nistre Mc­cann s’y est jus­te­ment en­ga­gée hier à la suite de ce re­por­tage.

JO­SÉE LE­GAULT

Po­li­to­logue, au­teure, chro­ni­queuse po­li­tique

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.