La France, L’ONU et le ni­qab

Le Journal de Quebec - - OPINIONS - ma­thieu.bock-cote @que­be­cor­me­dia.com @mbo­ck­cote

La presse in­ter­na­tio­nale a fait grande men­tion, ces der­niers jours, de la condam­na­tion de la France par le co­mi­té des droits de l’homme de L’ONU qui lui re­proche sa lé­gis­la­tion an­ti-ni­qab. En gros, elle pié­ti­ne­rait les li­ber­tés re­li­gieuses des mu­sul­manes.

SOU­VE­RAI­NE­TÉ

Même si ce co­mi­té onu­sien n’a au­cun pou­voir concret, son pres­tige mo­ral a per­mis de re­con­duire l’ha­bi­tuel pro­cès de la France, qui ex­cite tant les pays an­glo-saxons ai­mant la ca­ri­ca­tu­rer comme une URSS bull­do­zant sa com­mu­nau­té mu­sul­mane. Il faut dire que la France a le cu­lot de ne pas se sou­mettre à leur vi­sion du monde et de pla­cer la laï­ci­té au coeur de sa dé­fi­ni­tion du bien com­mun.

On se­rait en droit de par­ler d’ingérence onu­sienne. Dans une époque où tout ce qui pré­tend dé­pas­ser la na­tion a bonne ré­pu­ta­tion, L’ONU se pré­sente comme le tri­bu­nal su­prême de la ver­tu. Mais cette pré­ten­tion n’est pas fon­dée sur grand-chose. Dans les faits, L’ONU est une im­mense bu­reau­cra­tie pré­ten­tieuse et ser­mon­neuse, où les vé­ri­tables dé­mo­cra­ties sont mi­no­ri­taires. Pa­ra­doxa­le­ment, L’ONU cultive le plai­sir mor­bide de se re­tour­ner contre ces der­nières alors que les dic­ta­tures, trop sou­vent, s’y ex­priment en paix.

On ne de­vrait pas ou­blier une chose : la di­ver­si­té du monde est un bien es­sen­tiel, et si L’ONU est in­ca­pable de com­prendre que la France n’a pas à se sou­mettre à la vi­sion an­glo-saxonne des droits de l’homme, c’est son pro­blème, et non ce­lui de la France.

C’est Bru­no Re­tailleau, une des fi­gures les plus im­por­tantes et in­té­res­santes de la classe po­li­tique fran­çaise, qui a eu la meilleure ré­ponse dans les cir­cons­tances, en pro­po­sant que « la France se re­tire pro­vi­soi­re­ment du Co­mi­té des droits de l’homme de L’ONU et n’en­vi­sage de le ré­in­té­grer qu’après avoir émis de nou­velles ré­serves obli­geant le Co­mi­té à re­con­naître la concep­tion fran­çaise de la laï­ci­té ».

En d’autres mots, l’heure est ve­nue de dé­sa­cra­li­ser L’ONU en rap­pe­lant que les États sont sou­ve­rains et que les peuples sont en droit de faire res­pec­ter leur culture. Qu’une bande de ju­ristes s’ima­gine en droit de ren­ver­ser la sou­ve­rai­ne­té po­pu­laire de­vrait sur­tout nous faire sou­rire de pi­tié. On doit rap­pe­ler à l’ordre ces idéo­logues qui se croient tout-puis­sants.

Un cer­tain aveu­gle­ment ju­ri­dique nous em­pêche de com­prendre que la dif­fu­sion du voile is­la­mique dans nos so­cié­tés, qu’il s’agisse du hid­jab ou du ni­qab, a une si­gni­fi­ca­tion po­li­tique très claire, qui exige une ré­ponse po­li­tique.

RÉ­SIS­TANCE

Quelle que soit la sin­cé­ri­té spi­ri­tuelle de celles qui les portent, ces sym­boles té­moignent sur­tout d’un im­pé­ria­lisme is­la­miste qui en­tend sou­mettre les so­cié­tés oc­ci­den­tales à une cer­taine idée de l’is­lam. Il faut sa­voir y ré­pondre po­li­ti­que­ment pour faire en sorte que l’is­lam prenne le pli de l’oc­ci­dent et pas le contraire.

Dans cet es­prit, le gou­ver­ne­ment de Fran­çois Le­gault, qui en­tend in­ter­dire le tcha­dor chez les fonc­tion­naires, s’ins­crit sur la bonne voie. Il se­rait bien que le Qué­bec re­joigne la France dans sa ré­sis­tance à l’is­la­misme.

MA­THIEU BOCK-CÔ­TÉ Blo­gueur au Jour­nal

So­cio­logue, au­teur et chro­ni­queur

Les pseu­do-ex­perts de L’ONU se trompent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.