La « vie tran­quille » d’un an­cien mo­tard

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - ERIC THI­BAULT

Un ex-pi­lier des Hells An­gels mène « une vie tran­quille » et ir­ré­pro­chable de­puis sa mise en li­ber­té, en 2015, après 14 ans au pé­ni­ten­cier.

La Com­mis­sion des li­bé­ra­tions condi­tion­nelles du Ca­na­da (CLCC) a loué les pro­grès et ef­forts « consi­dé­rables » de Ri­chard May­rand, lun­di, en consta­tant que le re­tour en so­cié­té de cet an­cien membre du cha­pitre d’élite No­mads des Hells se dé­roule « sans in­ci­dent » de­puis trois ans.

Écroué dans l’opé­ra­tion po­li­cière Prin­temps 2001, l’ex-mo­tard de 55 ans de­ve­nu tra­vailleur de la construc­tion a aus­si été ré­com­pen­sé.

Il n’au­ra plus be­soin de di­vul­guer ses fi­nances per­son­nelles au ser­vice cor­rec­tion­nel fé­dé­ral, l’une des condi­tions aux­quelles il de­vait se plier de­puis qu’il purge le der­nier tiers de sa peine dans la com­mu­nau­té.

Adepte de cultu­risme, Dick May­rand avait di­ri­gé les puis­sants No­mads quand leur chef, Mau­rice Mom Bou­cher, s’est fait ar­rê­ter en dé­cembre 1997 pour les meurtres de deux agents cor­rec­tion­nels.

PHI­LO ET RE­LI­GION

Il comp­tait par­mi les in­fluents Hells ayant né­go­cié la trêve avec les Rock Ma­chine et les Ban­di­dos, en dé­cembre 2000, après une guerre qui avait fait plus de 150 morts en six ans au Qué­bec. En 2004, il a éco­pé de 22 ans de taule pour com­plot de meurtre, tra­fic de stu­pé­fiants et gang­sté­risme.

May­rand a quit­té les Hells en 2009, 25 ans après avoir re­fu­sé de leur tour­ner le dos quand ils ont tué son frère aî­né Mi­chel, lors de la fa­meuse purge de Len­nox­ville, en 1985.

Il se se­rait conver­ti à la re­li­gion et la phi­lo­so­phie du­rant son in­car­cé­ra­tion, en plus d’avoir fait du bé­né­vo­lat pour des or­ga­nismes d’aide aux dé­mu­nis.

PHO­TO COUR­TOI­SIE

L’ex-hells An­gels, Ri­chard May­rand.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.