Plus de peur que de mal au Mexique

Le pas­sage de l’ou­ra­gan Willa n’a fait au­cun mort

Le Journal de Quebec - - MONDE -

L’ou­ra­gan Willa qui a tou­ché en ca­té­go­rie 3 tard mar­di soir la côte Pa­ci­fique mexi­caine, au nord-ouest du pays, a pro­vo­qué des dé­gâts ma­té­riels, mais n’a pas fait de vic­time, ont in­di­qué les au­to­ri­tés mexi­caines.

Le centre amé­ri­cain des ou­ra­gans (NHC) à Mia­mi a pu­blié un der­nier rap­port in­di­quant que Willa s’en­fon­çait dans la ma­ti­née vers l’état mon­ta­gneux de Nue­vo León en s’af­fai­blis­sant peu à peu pour se trans­for­mer en tem­pête tro­pi­cale.

Sur la côte mexi­caine, à Es­cui­na­pa, où est en­tré l’oeil du cy­clone mar­di soir, plu­sieurs arbres étaient tom­bés, une église et un hô­pi­tal étaient for­te­ment en­dom­ma­gés et des pan­neaux pu­bli­ci­taires ren­ver­sés, ont consta­té de jour­na­listes sur place.

« Il n’y a pas un seul bles­sé et nous avions ici 200 per­sonnes », in­di­quait, sou­la­gé, Vic­tor Agui­lar, 76 ans, gé­rant d’un hô­tel dans cette lo­ca­li­té de 30 000 ha­bi­tants.

« Il nous faut ré­pa­rer, mais ce­la ne me pré­oc­cupe pas », a-t-il ajou­té.

SÉ­RIEUX DOM­MAGES

Willa laisse der­rière lui « de sé­rieux dé­gâts ma­té­riels, mais l’im­por­tant est qu’il n’y a pas de pertes hu­maines », a com­men­té le gou­ver­neur du Si­na­loa, Qui­ri­no Or­daz, sur la chaîne Te­le­vi­sa.

Les mé­téo­ro­logues ont tou­te­fois lan­cé une mise en garde, les in­tem­pé­ries pou­vant tou­jours pro­vo­quer des inon­da­tions et des ébou­le­ments meur­triers.

Dans les zones af­fec­tées, des ha­bi­tants re­cen­saient les dé­gâts oc­ca­sion­nés par les vents puis­sants al­lant jus­qu’à 195 km/h qui ont tou­ché la côte.

« On a en­ten­du le diable », a ra­con­té Er­nes­to Mal­lor­quin, un re­trai­té de 61 ans. « Je n’avais pas peur, j’es­sayais de cal­mer ma fa­mille du­rant les trois heures qu’a du­ré ce vent puis­sant », dit-il.

Hier, les vents avaient per­du de leur force et at­tei­gnaient une vi­tesse de 75 km/h.

Quelques com­merces à Es­cui­na­pa ont rou­vert leurs portes, mais la plu­part res­taient tou­jours fer­més. L’eau et l’élec­tri­ci­té étaient en­core cou­pées en mi­lieu de ma­ti­née.

Dans cette ville, plus de 2500 per­sonnes s’étaient ré­fu­giées la veille dans des abris.

4250 ÉVACUATIONS

L’ou­ra­gan, qui avait été clas­sé quelques heures en ca­té­go­rie 5 lun­di, avait per­du de la force et été ré­tro­gra­dé en ca­té­go­rie 3 avant de tou­cher le sol mexi­cain.

Les États de Si­na­loa et ce­lui de Naya­rit (ouest) avaient été pla­cés en « alerte orange » par les au­to­ri­tés et les écoles fer­mées. Plus de 4250 per­sonnes ont été éva­cuées au to­tal, y com­pris des tou­ristes dans les sta­tions bal­néaires de la côte.

À 100 km au nord, à Ma­zat­lan, qui compte 500 000 ha­bi­tants, et abrite une zone tou­ris­tique, l’ou­ra­gan n’a pro­vo­qué qu’une pluie lé­gère.

À l’heure où Willa frap­pait la côte mexi­caine, des pro­me­neurs dé­am­bu­laient même sur la pro­me­nade du bord de mer, à pied ou à vé­lo, a consta­té un jour­na­liste sur le ter­rain.

En sep­tembre, au moins 15 per­sonnes ont pé­ri dans des crues sou­daines liées aux fortes pluies dans les États de Si­na­loa et Mi­choacán.

PHO­TOS AFP

L’oeil de l’ou­ra­gan Willa est pas­sé di­rec­te­ment sur la pe­tite lo­ca­li­té d’es­cui­na­pa, où vivent en­vi­ron 30 000 per­sonnes. Une église a for­te­ment été tou­chée alors que de nom­breux arbres et po­teaux élec­triques ont aus­si été ter­ras­sés par les vents.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.