Le plai­sir dans la ré­flexion

Vir­gi­nie For­tin lance un pre­mier spec­tacle convain­cant

Le Journal de Quebec - - SPECTACLES - SAN­DRA GO­DIN

Avec Vir­gi­nie For­tin, le ton est aus­si drôle que la blague. Avec son pre­mier spec­tacle, Du bruit dans le cos­mos, l’hu­mo­riste nous fait rire au­tant avec ses gags qu’avec le che­min qu’elle prend pour les li­vrer.

Ins­tal­lée en­core deux soirs au Théâtre Pe­tit Cham­plain, celle qu’on a connue à la té­lé dans un éven­tail de pro­jets ( SNL Qué­bec, Trop, L’heure est grave) lan­çait, hier à Qué­bec, son pre­mier « one wo­man show ».

En for­mule stand-up, Vir­gi­nie For­tin passe 90 mi­nutes de­bout der­rière son mi­cro à cap­ti­ver le pu­blic avec ses ré­flexions de tren­te­naire, de­vant des pe­tites lu­mières bleues sus­pen­dues, comme des étoiles. Elle nous livre un re­gard per­ti­nent et ra­fraî­chis­sant sur des thèmes pas tel­le­ment co­miques à la base, comme les sans-abri, l’ar­gent, la sur­con­som­ma­tion.

Avec un titre comme Du bruit dans le cos­mos, Vir­gi­nie For­tin com­mence par nous rap­pe­ler qu’on est une « pe­tite cel­lule dans l’uni­vers, dans la­quelle les pe­tites bac­té­ries ont des cartes Ins­pire ». Le fil conduc­teur de l’hu­mo­riste de 32 ans est de sou­le­ver les iro­nies de notre so­cié­té, en ima­gi­nant comment elle ex­pli­que­rait notre mode de vie à des ex­tra­ter­restres.

AR­GENT ET DÉ­CHETS

D’abord, il est ques­tion des dé­chets qui en­va­hissent la pla­nète. « Pour les ex­tra­ter­restres, on est le voi­sin “weird” qui a une cour à “scrap” en face de chez eux. Ils nous évitent. On est l’er­mite dé­gueu­lasse du bout de la rue. »

Elle s’ap­puie sur des faits réels de la NA­SA lors­qu’elle ex­plique qu’ils ont en­voyé « le CV de la Terre » dans deux sondes en 1977, au cas où elles se­raient in­ter­cep­tées par des ex­tra­ter­restres. Si on se fie à ce qu’ils ont en­voyé pour nous dé­crire, on aime les « grilled cheese », l’ar­gent, et Bee­tho­ven.

« Si ton but dans la vie est de de­ve­nir mil­liar­daire, t’es ma­lade », lance-t-elle, avant une hi­la­rante com­pa­rai­son de l’ar­gent avec des tou­tous. Elle fi­nit par iro­ni­ser sur son propre mé­tier de co­mé­dienne, où elle est payée pour « faire sem­blant ».

THÉO­RIES DÉ­CA­LÉES

Après des mo­ments d’im­pro­vi­sa­tion sa­vou­reux, elle tombe dans l’au­to­dé­ri­sion lors­qu’elle confie avoir 22 ca­mi­soles dans son garde-robe. « Sa­vez-vous pour­quoi la Chine ne nous at­taque pas ? À la quan­ti­té de linge qu’ils nous font, ils pensent qu’on est plus qu’eux autres ! »

Ses théo­ries dé­ca­lées sur le mot « co­ol » ont ar­ra­ché plu­sieurs éclats de rire. Vir­gi­nie For­tin a conclu avec son nu­mé­ro sur les « fé­mi­na­zies », un mo­no­logue mal­heu­reu­se­ment dé­jà vu, qui lui avait va­lu une no­mi­na­tion aux Oli­vier l’an der­nier.

Vir­gi­nie For­tin n’est pas comme les autres hu­mo­ristes de sa gé­né­ra­tion. Aux « one li­ners », l’hu­mo­riste calme et po­sée pré­fère les blagues ser­vies au terme ré­flexion. On ne se tape pas sur les cuisses toutes les 30 se­condes, mais elle sait frap­per fort au dé­tour d’une cri­tique in­tel­li­gente.

Les textes sont bien fi­ce­lés, les pro­pos, ré­flé­chis, et mal­gré la di­ver­si­té des su­jets, tout se tient dans son vaste uni­vers.

PHO­TO COUR­TOI­SIE MY­RIAM FRENETTE

Après plu­sieurs mois de ro­dage et des pres­ta­tions dans les fes­ti­vals, dont au Zoo­fest cet été (pho­to), Vir­gi­nie For­tin lan­çait hier à Qué­bec son pre­mier spec­tacle, Du bruit dans le cos­mos.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.