Qué­bec sa­lue un grand pa­triote

Des cen­taines de ci­toyens ont conver­gé vers le par­le­ment pour sa­luer Ber­nard Lan­dry

Le Journal de Quebec - - LA UNE - MARC-AN­DRÉ GA­GNON - Avec la col­la­bo­ra­tion d’ar­naud Koe­nig-soutière

De nom­breux Qué­bé­cois, ci­toyens, élus et di­gni­taires, se sont re­layés dès la pre­mière heure, hier, de­vant le cer­cueil de Ber­nard Lan­dry, qui était ex­po­sé en cha­pelle ar­dente au Sa­lon rouge de l’as­sem­blée na­tio­nale.

Le cor­tège fu­nèbre de l’an­cien pre­mier mi­nistre pé­quiste a fait son ar­ri­vée au par­le­ment vers 8 h 15, sui­vi de sa conjointe Chan­tal Re­naud, qui l’a ac­com­pa­gné jus­qu’à son der­nier souffle mar­di der­nier.

M. Lan­dry est dé­cé­dé à l’âge de 81 ans et 7 mois. Il souf­frait d’une fi­brose pul­mo­naire.

Le pre­mier mi­nistre Fran­çois Le­gault, qui a été mi­nistre de l’édu­ca­tion et mi­nistre de la San­té dans le ca­bi­net de Ber­nard Lan­dry au dé­but des an­nées 2000, a été l’un des pre­miers à ve­nir of­frir ses condo­léances à la fa­mille.

TRIS­TESSE

« C’est un mo­ment de tris­tesse, parce que je n’en­ten­drai plus ja­mais sa voix », a dé­cla­ré M. Le­gault, vi­si­ble­ment ému, en s’adres­sant à la presse par­le­men­taire.

Les deux hommes s’étaient d’ailleurs par­lé, au té­lé­phone, la se­maine der­nière, a ra­con­té le pre­mier mi­nistre.

« On s’était pro­mis de se voir, et ça, je trouve ça triste, que je ne puisse pas al­ler le voir, puis re­ce­voir deux-trois conseils de sa part. »

« Mal­gré la neige, nous sa­vons que le lys, au­jourd’hui, re­fleu­ri­ra », a in­di­qué à son tour le chef pé­quiste par in­té­rim Pas­cal Bé­ru­bé, en pro­met­tant de pour­suivre la ba­taille pour l’in­dé­pen­dance du Qué­bec, un com­bat au­quel M. Lan­dry n’a ja­mais re­non­cé.

L’ex-pre­mier mi­nistre Lu­cien Bou­chard a été lui aus­si très ému de re­ve­nir à l’as­sem­blée na­tio­nale dans ce contexte.

« De re­ve­nir ici […] ça me fait re­vivre tel­le­ment de sou­ve­nirs, images, émo­tions… Des épi­sodes si in­tenses dans nos vies. […] Et de le voir re­po­ser ain­si, dans une des salles où nous avons tra­vaillé, c’est quelque chose à di­gé­rer. […] Ça com­mence à res­sem­bler pas mal à la fin de ma gé­né­ra­tion. C’est une page, dans le pro­ces­sus, qui se tourne. »

VE­NUS PAR CEN­TAINES

Mal­gré le mau­vais temps à l’ex­té­rieur, à mi­di, dé­jà près de 200 per­sonnes s’étaient ren­dues au par­le­ment pour rendre un der­nier hom­mage à M. Lan­dry.

En après-mi­di, ils étaient en­core plus nom­breux à avoir fait la file pour of­frir leurs condo­léances à sa fa­mille.

« Ça nous ré­con­forte beau­coup de voir l’amour que les gens nous re­tournent de lui », a confié Pas­cale, l’une des filles de M. Lan­dry, en son nom, ce­lui de sa soeur Ju­lie, de son frère Phi­lippe, de Chan­tal Re­naud et de toute la fa­mille. « Le Qué­bec va gran­dir en­core grâce à tout ce qu’il a se­mé de­puis toutes ces an­nées », a ajou­té Mme Lan­dry.

PHO­TO PAS­CAL HUOT

Le cer­cueil de Ber­nard Lan­dry, re­cou­vert d’un dra­peau du Qué­bec, est ar­ri­vé à l’as­sem­blée na­tio­nale, où l’at­ten­daient no­tam­ment sa conjointe, Chan­tal Re­naud, et sa fille Pas­cale Lan­dry.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.