De vi­brants té­moi­gnages pour sa­luer une der­nière fois l’homme d’état

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS -

« C’était im­por­tant pour moi de ve­nir rendre un der­nier hom­mage à M. Lan­dry. J’ai eu l’hon­neur de tra­vailler avec M. Lan­dry. […] J’ai ap­pris beau­coup avec M. Lan­dry, en éco­no­mie. J’ai ap­pris aus­si ce que c’est être un homme d’état. […] Il avait des qua­li­tés ex­cep­tion­nelles aus­si d’ora­teur. Beau­coup de gens ont dit qu’il était un des meilleurs ora­teurs au Qué­bec. » - Fran­çois Le­gault, pre­mier mi­nistre du Qué­bec et mi­nistre pé­quiste sous Ber­nard Lan­dry

« Ber­nard Lan­dry était de notre fa­mille po­li­tique. Nous en sommes les hé­ri­tiers. […] Le legs de Ber­nard Lan­dry, son hé­ri­tage, son es­prit de­meu­re­ront très pré­sents. Mal­gré la neige, au­jourd’hui, nous sa­vons que le lys re­fleu­ri­ra. […] Re­né Lé­vesque, Jacques Pa­ri­zeau et main­te­nant Ber­nard Lan­dry sont des im­mor­tels dans le monde po­li­tique qué­bé­cois. » - Pas­cal Bé­ru­bé, chef par in­té­rim du Par­ti qué­bé­cois

« C’était un être d’ex­cep­tion. […] C’est comme si une page se tour­nait, parce que c’est l’hé­ri­tier du cours clas­sique. […] Oui, son dévouement éco­no­mique est in­dé­niable, mais c’était plus que ça. C’était éga­le­ment aus­si un grand amant de la langue fran­çaise, un grand amant de la culture qué­bé­coise. » - Pierre Karl Pé­la­deau, pré­sident et chef de la di­rec­tion de Qué­be­cor, ex-chef du Par­ti qué­bé­cois

« Ce mo­ment est pour lui, pour qu’on lui re­donne un peu et qu’on dise aux membres de sa fa­mille que tous les sa­cri­fices qu’il a faits, qu’ils ont faits, on leur en est re­de­vable. » - Agnès Mal­tais, ex-dé­pu­tée pé­quiste de Ta­sche­reau et ex-mi­nistre de la Culture sous Ber­nard Lan­dry »

« C’est un grand pa­triote qué­bé­cois qu’on perd. Il avait la pas­sion du Qué­bec, l’amour ab­so­lu du Qué­bec, et sur­tout l’amour de l’avan­ce­ment du Qué­bec. » - Gé­rard Del­tell, dé­pu­té fé­dé­ral de Louis-saint-laurent (PCC) et ex­cor­res­pon­dant par­le­men­taire à l’as­sem­blée na­tio­nale

« C’est plus qu’un ami, c’est un frère que je perds. […] Ce que j’ai­mais en Ber­nard, c’est ce mi­li­tant exem­plaire qui a le sens de la né­ces­si­té de conti­nuer les ef­forts au jour le jour si on veut ar­ri­ver à la sou­ve­rai­ne­té. J’es­père que cet exemple-là, nous al­lons le re­te­nir pour l’ave­nir. » - Marc-an­dré Bé­dard, ex-dé­pu­té pé­quiste de Chi­cou­ti­mi, ex-mi­nistre de la Jus­tice et ex-vice-pre­mier mi­nistre vir et qui l’a fait avec une très grande classe. Un amou­reux des mots, un amou­reux des lettres, qui avait une grande culture gé­né­rale. » - Sé­bas­tien Proulx, lea­der par­le­men­taire de l’op­po­si­tion of­fi­cielle et dé­pu­té li­bé­ral de Jean-ta­lon

« Je suis très ému évi­dem­ment. Je suis ve­nu d’abord sa­luer mon ami. On se connais­sait de­puis presque 60 ans. […] (C’était) un homme qui était ab­so­lu­ment dé­voué, à sa pa­trie, à sa fa­mille, à ses amis. Un homme d’un cou­rage in­fi­ni qui est un mo­dèle j’es­père pour tous les jeunes. » - De­nis De Bel­le­val, ex-dé­pu­té pé­quiste de Char­les­bourg et ex­mi­nistre de la Fonc­tion pu­blique, puis des Trans­ports

« Ber­nard Lan­dry, c’était un homme pour moi qui avait vrai­ment le sens de l’état, qui ai­mait pro­fon­dé­ment le peuple qué­bé­cois, et qui a tou­jours cru en son im­mense po­ten­tiel. […] Ça dé­passe l’al­lé­geance po­li­tique, quand on ob­serve des hommes comme ça qui ont consa­cré leur vie au ser­vice pu­blic, qu’ils soient sou­ve­rai­nistes ou fé­dé­ra­listes. » - Joël Light­bound, dé­pu­té fé­dé­ral de Louis-hé­bert (PLC)

« ÇA NOUS RÉ­CON­FORTE BEAU­COUP DE VOIR L’AMOUR QUE LES GENS NOUS RE­TOURNENT DE LUI. » – Pas­cale Lan­dry, fille de Ber­nard Lan­dry, par­lant au nom de toute sa fa­mille

« M. Lan­dry re­pré­sen­tait d’abord un grand ami de la France. Quel­qu’un qui comme beau­coup d’autres, mais en par­ti­cu­lier avait com­pris l’im­por­tance de la re­la­tion entre la France et le Qué­bec et qui a sou­hai­té la main­te­nir. […] C’est un grand pa­triote, un grand homme d’état que le Qué­bec a per­du. » - Lau­rence Ha­gue­nauer, consule gé­né­rale de France à Qué­bec

« C’est im­por­tant pour moi de ve­nir sa­luer M. Lan­dry pour tout ce qu’il a fait, pour sa mé­moire. C’était un homme d’état […] qui a vou­lu ser--

« C’était un homme d’une très grande sim­pli­ci­té. C’était un homme d’une très grande ac­ces­si­bi­li­té. Pour Ber­nard Lan­dry, en dé­fi­ni­tive, il n’y avait ja­mais vrai­ment de pro­blème, il n’y avait que des so­lu­tions. C’est un gars qui, dans les hauts et dans les bas, gar­dait tou­jours le mo­ral. C’était un être conta­gieux de joie de vivre. »

- Jean-fran­çois Si­mard, dé­pu­té ca­quiste de Mont­mo­ren­cy, ex-mi­nistre pé­quiste dé­lé­gué à l’en­vi­ron­ne­ment

« C’était une per­sonne qui ai­mait beau­coup mar­cher. Pour lui, c’était un sport ex­trême. […] C’était un mon­sieur très très culti­vé, très gen­til, très amou­reux des Qué­bé­cois. Ç’a été un hon­neur de le ser­vir. » - Jean Ra­cine, ex-garde du corps de Ber­nard Lan­dry

« Dé­jà il nous manque. […] Il était le pa­triote le plus ex­tra­or­di­naire, le plus mo­derne. […] Il au­ra, jus­qu’à la der­nière mi­nute de sa vie, ai­dé la cause de ce pays, et puis il n’en tient qu’à ceux qui res­tent de conti­nuer. » - Ma­rie Ma­la­voy, ex-mi­nistre pé­quiste

« Ber­nard, c’est quel­qu’un qui fai­sait par­tie de ma vie. Et moi de la sienne. […] C’est la fin d’une gé­né­ra­tion. […] De le voir re­po­ser ain­si, dans une des salles où nous avons tra­vaillé, c’est quelque chose à di­gé­rer. […] Ça com­mence à res­sem­bler pas mal à la fin de ma gé­né­ra­tion. C’est une page, dans le pro­ces­sus, qui se tourne. » — Lu­cien Bou­chard, ex-pre­mier mi­nistre du Qué­bec

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.