Des cen­taines d’op­po­sants au troi­sième lien dans la rue

Les ma­ni­fes­tants croient qu’il est pos­sible de faire re­cu­ler le gou­ver­ne­ment

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - DO­MI­NIQUE LE­LIÈVRE

Près d’un mil­lier de per­sonnes ont scan­dé leur op­po­si­tion à la construc­tion d’un troi­sième lien dans la ré­gion de Qué­bec lors d’une pre­mière ma­ni­fes­ta­tion, hier, qui sur­vient un peu plus d’un mois après l’élec­tion d’un gou­ver­ne­ment fer­me­ment en fa­veur de ce pro­jet d’in­fra­struc­ture.

Les ma­ni­fes­tants se sont réunis au parc de la Fran­co­pho­nie pour ré­cla­mer la fin de ce pro­jet au pro­fit de nou­veaux in­ves­tis­se­ments en tran­sport col­lec­tif. « Ça ne prend pas une ma­ter­nelle quatre ans pour com­prendre que la so­lu­tion, c’est le tran­sport en com­mun », li­sait-on par exemple sur la pan­carte d’un ma­ni­fes­tant.

« Au­jourd’hui, c’est sur­tout la voix de la jeu­nesse qui parle, dans le sens où on voit notre ave­nir ar­ri­ver et on voit aus­si tous les rap­ports cli­ma­tiques qui sortent [...]. On se dit que c’est le mo­ment, qu’il faut prendre des ac­tions. C’est notre des­tin qui est en ce mo­ment entre les mains du gou­ver­ne­ment », a fait va­loir l’une des or­ga­ni­sa­trices et étu­diante au Cé­gep de Sainte-foy, Noé­mie Veilleux.

L’in­vi­ta­tion pro­ve­nait d’un re­grou­pe­ment d’as­so­cia­tions étu­diantes cé­gé­piennes. De nom­breux étu­diants, mais éga­le­ment des gens plus âgés et plu­sieurs fa­milles, ont pris part à une marche dans une am­biance bon en­fant.

« GAS­PILLAGE DE FONDS PU­BLICS »

Les op­po­sants au pro­jet de troi­sième lien ont dit avoir es­poir de faire re­cu­ler le gou­ver­ne­ment ca­quiste bien que ce­lui-ci a ob­te­nu un ap­pui fort de la po­pu­la­tion et qu’il a fait élire une ma­jo­ri­té de dé­pu­tés dans la ré­gion de Qué­bec. Ils pro­mettent d’ailleurs de pour­suivre leur mo­bi­li­sa­tion dans le cadre d’une « cam­pagne d’in­for­ma­tion ».

Le dé­pu­té so­li­daire de Jean-le­sage, Sol Za­net­ti, ve­nu ap­puyer les étu­diants à l’ori­gine du mou­ve­ment, a dit ne pas croire en la ca­pa­ci­té du gou­ver­ne­ment de com­men­cer la construc­tion de cette in­fra­struc­ture au cours d’un pre­mier man­dat.

« Ce qu’on a vu, c’est que le troi­sième lien pour­rait ne pas com­men­cer à se construire avant 10 ans. [...] Il fau­drait ré­élire la CAQ deux fois ma­jo­ri­taire pour que ce pro­jet-là soit ga­ran­ti de pas­ser », a-t-il avan­cé, en ci­tant une étude dé­voi­lée à la mi-oc­tobre par le maire Ré­gis La­beaume.

Il s’agit pour M. Za­net­ti d’un en­jeu « em­blé­ma­tique ». « Le pro­jet de troi­sième lien à Qué­bec, il ne faut pas qu’il passe. Ça coû­te­rait cher, ce se­rait un gas­pillage de fonds pu­blics dont on n’a pas be­soin », croit-il.

PAS UNE GUERRE CONTRE L’AU­TO

Pour leur part, les jeunes or­ga­ni­sa­teurs se sont dé­fen­dus de par­ti­ci­per à une guerre contre l’au­to­mo­bile.

« On com­prend qu’il y a des gens qui ont be­soin d’une voi­ture pour al­ler tra­vailler et pour se dé­pla­cer et on n’est pas en train de mi­li­ter pour la des­truc­tion du ré­seau rou­tier, a as­su­ré Émile Gen­dreau-cô­té, étu­diant au Cé­gep Gar­neau. Tout ce qu’on dit, c’est qu’il y a des gens qui ont la pos­si­bi­li­té de prendre le tran­sport en com­mun et que ce n’est pas quelque chose qu’ils font au­to­ma­ti­que­ment. »

PHO­TOS PAS­CAL HUOT

De nom­breux étu­diants, mais aus­si des per­sonnes plus âgées et plu­sieurs fa­milles, ont ma­ni­fes­té sur la col­line Par­le­men­taire, hier, pour faire part de leur op­po­si­tion au pro­jet de troi­sième lien.

Comments

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.