Le pays doit re­tour­ner en force opé­ra­tion­nelle, se­lon un vé­té­ran

À son avis, le Ca­na­da doit ou­blier les mis­sions des Na­tions Unies

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - JEAN-FRAN­ÇOIS RA­CINE

En ce jour du Sou­ve­nir, un vé­té­ran de toutes les guerres ré­centes af­firme que le gou­ver­ne­ment Tru­deau fait ré­gres­ser les mi­li­taires ca­na­diens en les en­voyant dans des mis­sions des Na­tions Unies.

« Le Ca­na­da de­vrait s’op­po­ser à toutes les mis­sions des Na­tions Unies et se concen­trer sur les mis­sions de L’OTAN. Le Ca­na­da doit re­tour­ner en force opé­ra­tion­nelle », lance Claude La­voie, un ad­ju­dant-maître re­trai­té de­puis 2015 après une car­rière mi­li­taire de 33 ans.

Ori­gi­naire de La Tuque, le vé­té­ran de 56 ans n’a pas peur de confron­ter le pre­mier mi­nistre et son mi­nistre de la Dé­fense Har­jit S. Sa­j­jan.

En dé­cembre 2013, ce sous-of­fi­cier su­pé­rieur a re­çu l’ordre du mé­rite mi­li­taire pour son dévouement et son as­si­dui­té lors d’une cé­ré­mo­nie te­nue à Ri­deau Hall, à Ot­ta­wa.

« Je peux m’ex­pri­mer. Avec la Bos­nie et l’af­gha­nis­tan, on a tel­le­ment évo­lué. Il nous fait ré­gres­ser. Le Par­ti li­bé­ral n’a ja­mais été à l’écoute de la Dé­fense na­tio­nale. M. Har­per n’a ja­mais été aus­si po­pu­laire sur l’échi­quier mon­dial. Il ne pre­nait pas des sel­fies », ajoute M. La­voie.

NE PAS OU­BLIER

De l’al­le­magne à la Bos­nie-her­zé­go­vine, puis en Af­gha­nis­tan, le mi­li­taire a ac­cu­mu­lé des sou­ve­nirs éta­lés sur quatre dé­cen­nies.

Il se sou­vient de la mort du ca­po­ral Da­niel Gun­ther, 24 ans, un sol­dat du Royal 22e Ré­gi­ment dé­ployé en Bos­nie. Sa mort avait sus­ci­té de nom­breuses dis­cus­sions au Ca­na­da et à l’étran­ger. Gun­ther était la troi­sième vic­time ca­na­dienne en You­go­sla­vie.

« Le 18 juin à 11 h 50. Quelques heures après, le gars qui ra­mas­sait les ra­dios avec des mor­ceaux de chair, c’est moi. Ja­mais je n’ou­blie­rai ça. » Plus tard, en 2006, Claude La­voie a éga­le­ment été la cible de tirs en­ne­mis sans tou­te­fois tom­ber au com­bat.

Ex­cellent com­mu­ni­ca­teur, l’homme livre ses états d’âme d’une voix forte, mais sans mon­trer trop d’émo­tions.

« Tout le monde pense que le gou­ver­ne­ment ca­na­dien nous gâte. Moi, j’ai de la mi­sère à me le­ver le ma­tin, je suis sourd d’une oreille, j’ai un dé­fi­cit de 25 % dans le dos, je prends 17 pi­lules par jour pour être fonc­tion­nel et j’ai les deux ge­noux fi­nis. »

EN MÉ­MOIRE

Par­tout au pays, les Ca­na­diens cé­lèbrent le jour du Sou­ve­nir au­jourd’hui, le 11 no­vembre. Ce jour rap­pelle la fin de la Pre­mière Guerre mon­diale et est une oc­ca­sion de se sou­ve­nir de tous ceux qui ont dé­fen­du la na­tion. D’un océan à l’autre, à 11 h, tous les trains du CN et du CP vont ar­rê­ter sur place. Les clo­chers vont aus­si son­ner 100 coups.

Pour l’oc­ca­sion, l’ex-mi­li­taire La­voie veut lan­cer un se­cond mes­sage à ses frères d’armes.

« Les gars ne se sont ja­mais at­tar­dés à la Lé­gion royale ca­na­dienne. Les gens pensent que c’est une place de vieux, mais c’est la seule or­ga­ni­sa­tion re­con­nue par le gou­ver­ne­ment ca­na­dien. C’est la so­lu­tion, et tous les mi­li­taires qui sortent de­vraient être membres. »

Le vé­té­ran Claude La­voie est pro­fon­dé­ment mar­qué phy­si­que­ment et men­ta­le­ment par 33 ans de ser­vice mi­li­taire. PHO­TO JEAN-FRAN­ÇOIS DESGAGNÉS

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.