La tante d’éloïse Du­puis veut ren­con­trer Le­gault

La CAQ avait ré­cla­mé des ac­tions après le dé­cès de la femme

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - PA­TRICK BELLEROSE

La tante d’éloïse Du­puis, une té­moin de Jé­ho­vah dé­cé­dée après avoir re­fu­sé une trans­fu­sion san­guine, de­mande au gou­ver­ne­ment Le­gault de te­nir une com­mis­sion par­le­men­taire sur les dé­rives sec­taires.

« Ils ont tué ma nièce, rien de moins, et ils en tue­ront d’autres », lance Ma­non Boyer. Le 12 oc­tobre 2016, Éloïse Du­puis est dé­cé­dée après avoir re­fu­sé une trans­fu­sion san­guine, comme le prônent les té­moins de Jé­ho­vah, à la suite de son ac­cou­che­ment par cé­sa­rienne. L’en­fant, lui, a sur­vé­cu.

Ma­non Boyer rap­pelle qu’à l’époque, la CAQ avait mi­li­té en fa­veur d’une com­mis­sion par­le­men­taire pour « étu­dier l’éva­lua­tion du consen­te­ment libre et éclai­ré » lors­qu’une per­sonne re­çoit des soins en mi­lieu hos­pi­ta­lier.

De plus, les troupes de Fran­çois Le­gault pro­po­saient qu’un juge soit char­gé de s’as­su­rer qu’un pa­tient ne su­bit pas de pres­sions ex­ternes au mo­ment de re­fu­ser un trai­te­ment.

POR­TRAIT DE LA SI­TUA­TION

« Mon­sieur Le­gault est main­te­nant au pou­voir, alors je sol­li­cite une ren­contre avec lui et j’es­père for­te­ment qu’il va

« Je ne peux pas croire qu’au Qué­bec, on laisse mou­rir une per­sonne à cause de ses croyances re­li­gieuses. […] Il faut voir comment on peut ré­gler ça, là, mais c’est in­ac­cep­table, c’est triste, c’est ca­tas­tro­phique. Ça ne re­pré­sente pas ce qu’on est au Qué­bec. »

— Fran­çois Le­gault, quelques jours après le dé­cès de la jeune femme, en oc­tobre 2016

mettre en place une com­mis­sion par­le­men­taire afin qu’il y ait une en­quête sur les dé­rives sec­taires », dit la dame qui mi­lite contre les té­moins de Jé­ho­vah de­puis le dé­cès de sa nièce.

La com­mis­sion par­le­men­taire per­met­trait de dres­ser un por­trait de la si­tua­tion au Qué­bec et d’adap­ter les lois en consé­quence, es­time-t-elle.

Même si le co­ro­ner res­pon­sable du dos­sier a dé­ter­mi­né qu’éloïse Du­puis a re­fu­sé la trans­fu­sion sans pres­sion de sa com­mu­nau­té re­li­gieuse, Ma­non Boyer es­time qu’il est im­pos­sible de par­ler d’un consen­te­ment libre dans son cas.

« Ces gens-là n’ont pas le choix, dit-elle. Quand Éloïse est née, ses pa­rents étaient dé­jà té­moins de Jé­ho­vah. Toute sa vie, on lui a ap­pris que, si elle pre­nait du sang, elle n’au­rait pas le droit au pa­ra­dis éter­nel. »

CHAN­GER LES LOIS

Pour cette rai­son, Ma­non Boyer re­fuse de se conten­ter d’une simple va­li­da­tion du consen­te­ment par un juge. Les lois doivent être chan­gées, dit-elle, pour qu’il « n’y ait plus d’autres dé­cès comme ce­lui d’éloïse ».

Au bu­reau du pre­mier mi­nistre, on re­fuse de com­men­ter les de­mandes de ren­contre avec Fran­çois Le­gault.

« On va prendre le temps d’ana­ly­ser le dos­sier avant de ré­pondre », dit sa porte-pa­role, Va­lé­rie Noël-lé­tour­neau.

PHO­TO D’AR­CHIVES, COURTOISIE

Éloïse Du­puis, cette jeune mère té­moin de Jé­ho­vah, est dé­cé­dée après avoir re­fu­sé une trans­fu­sion san­guine à la suite de son ac­cou­che­ment à l’hô­tel-dieu de Lé­vis le 12 oc­tobre 2016.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.