Au re­voir, Mon­sieur Lan­dry

Le Journal de Quebec - - OPINIONS - MAR­TINE DES­JAR­DINS e Blo­gueuse mar­tine.des­jar­dins @que­be­cor­me­dia.com @m_­des­jar­dins

Il m’est ar­ri­vé à de nom­breuses re­prises de ren­con­trer Ber­nard Lan­dry, par­fois en pri­vé, par­fois comme ani­ma­trice de fo­rums ou de col­loques. Chaque fois, il me rap­pe­lait l’ur­gence de re­prendre le flam­beau, par­cou­rir des ki­lo­mètres et al­ler par­ler aux jeunes. Mon­sieur Lan­dry ne croyait pas avoir toutes les so­lu­tions et voyait en la jeu­nesse l’es­poir du pays. Elle était la clé de la sur­vie de la na­tion qué­bé­coise.

TOUR­NÉE IN­DÉ­PEN­DAN­TISTE

Il vou­lait, il y a à peine deux ans, que nous or­ga­ni­sions, lui et moi, une tour­née des cé­geps et des uni­ver­si­tés, comme lors­qu’il était à la tête du PQ. Cette idée ne se concré­ti­se­ra ja­mais, nous étions beau­coup trop oc­cu­pés. Tou­te­fois, cette pro­po­si­tion reste une preuve de la vo­lon­té de cet homme d’état de s’as­su­rer une des­cen­dance mi­li­tante in­dé­pen­dan­tiste. Il n’a ja­mais aban­don­né les jeunes, la re­lève.

Grand tri­bun, je ne l’ai ja­mais vu re­fu­ser une in­vi­ta­tion, même lors­qu’il était plus fa­ti­gué, à ve­nir ren­con­trer les mi­li­tants. Dans les faits, il était tou­jours en verve. Il avait cette ca­pa­ci­té d’ex­pli­ci­ter l’in­dé­pen­dance, la na­tion qué­bé­coise, pour tout pu­blic. Je me sou­viens, en 2004, lors d’une tour­née as­so­ciée au film de La­brecque À hau­teur d’homme, Ber­nard Lan­dry avait alors sub­ju­gué une salle plus que comble à l’uni­ver­si­té de Sher­brooke. J’étais dans cette salle, et cette ac­ti­vi­té au­ra eu un im­pact ma­jeur sur mon im­pli­ca­tion par la suite. Il était im­pos­sible de res­ter in­sen­sible de­vant des convic­tions aus­si pro­fondes.

SUC­CES­SION

Le dé­cès de Ber­nard Lan­dry ne si­gni­fie pas la fin des grands tri­buns pour l’in­dé­pen­dance. Car il au­ra pré­pa­ré sa suc­ces­sion. Des jeunes et des moins jeunes ca­pables de prendre le mi­cro et de s’ex­pri­mer clai­re­ment sur la na­tion qué­bé­coise. En cette jour­née de fu­né­railles na­tio­nales, j’ai­me­rais lui dire : « Mer­ci, Mon­sieur Lan­dry, d’avoir cru si fort en la jeu­nesse ! Elle vous ren­dra fier, j’en suis cer­taine ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.