Ac­cu­sée d’avoir tué ses deux fillettes

La mère su­bit son pro­cès au pa­lais de jus­tice de La­val GIU­SEPPE DE VITO

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - CLAU­DIA BERTHIAUME

Une mère de La­val ac­cu­sée d’avoir tué ses deux fillettes se­rait la seule per­sonne ayant pu com­mettre les as­sas­si­nats alors que son ma­ri lié au crime or­ga­ni­sé était en ca­vale, a pré­ten­du la Cou­ronne hier.

Au pre­mier jour de son pro­cès de­vant ju­ry, Adèle So­rel­la a plai­dé non cou­pable à deux chefs de meurtre pré­mé­di­té de ses filles Aman­da et Sa­bri­na.

D’après l’acte d’ac­cu­sa­tion, les deux en­fants res­pec­ti­ve­ment âgées de 9 et 8 ans au­raient été tuées dans leur ré­si­dence cos­sue de La­val, le 31 mars 2009.

Leur mère de 43 ans vi­vait alors des mo­ments dif­fi­ciles, d’après la Cou­ronne, puisque son ma­ri Giu­seppe De Vito était en ca­vale de­puis trois ans.

L’homme lié au crime or­ga­ni­sé fuyait la po­lice, qui le re­cher­chait dans le cadre de l’opé­ra­tion Co­li­sée.

« Notre théo­rie est que l’ac­cu­sée avait l’op­por­tu­ni­té ex­clu­sive de com­mettre le meurtre de ses filles Aman­da et Sa­bri­na De Vito », a af­fir­mé hier Me Nek­ta­rios Tzort­zi­nas, de la Cou­ronne, dans sa dé­cla­ra­tion d’ou­ver­ture.

Adèle So­rel­la au­rait ten­té de se sui­ci­der à plu­sieurs re­prises pen­dant l’ab­sence pro­lon­gée de son ma­ri, si bien que sa mère était ve­nue ré­si­der chez elle pour l’ai­der avec les fillettes.

Le ma­tin du drame, la grand­mère des vic­times s’est ren­due chez sa soeur, à Mon­tréal. L’ac­cu­sée de­vait en­suite la conduire à un ren­dez-vous chez le mé­de­cin, mais ne se se­rait ja­mais pré­sen­tée, se­lon ce qui a été dit hier aux six femmes et six hommes du ju­ry, au pa­lais de jus­tice de La­val.

Adèle So­rel­la au­rait lais­sé un mes­sage in­quié­tant à son frère, qui se se­rait pré­sen­té à la ré­si­dence de la rue de l’ad­ju­dant.

C’est lui qui au­rait dé­cou­vert les corps in­ani­més de ses nièces dans la salle de jeu fa­mi­liale. Vê­tues de leur uni­forme sco­laire, elles étaient éten­dues au sol, côte à côte.

« Bien que la cause exacte de leurs dé­cès de­meure in­dé­ter­mi­née, la mort si­mul­ta­née et in­at­ten­due de deux soeurs qui étaient en bonne san­té écarte de toute évi­dence une mort de cause na­tu­relle », a sou­te­nu Me Tzort­zi­nas, qui est as­sis­té de Mes Si­mon La­pierre et Ch­ris­tian Fournier.

CHAMBRE HYPERBARE

D’abord in­trou­vable, Mme So­rel­la a été ar­rê­tée dans la nuit, à la suite d’un ac­ci­dent de voi­ture.

Du­rant le pro­cès, la Cou­ronne ac­cor­de­ra une at­ten­tion par­ti­cu­lière à une chambre hyperbare trou­vée au do­mi­cile de l’ac­cu­sée. Il s’agit d’un ap­pa­reil ser­vant à ad­mi­nis­trer de l’air sous pres­sion.

Adèle So­rel­la est dé­fen­due par Mes Pierre et Guy Pou­part. Le pro­cès, qui doit du­rer trois mois, est pré­si­dé par la juge de la Cour su­pé­rieure So­phie Bourque.

PHO­TO MAR­TIN ALARIE

Adèle So­rel­la est en li­ber­té pen­dant la te­nue de son pro­cès de­vant ju­ry, qui a dé­bu­té hier au pa­lais de jus­tice de La­val. Les au­diences du­re­ront jus­qu’en fé­vrier 2019.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.