Les exi­lés ne veulent pas re­ve­nir

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - DO­MI­NIQUE SCALI

Meilleur ac­com­pa­gne­ment, col­lègues de bonne hu­meur, en­fants cour­tois... les en­sei­gnants qué­bé­cois qui tra­vaillent en On­ta­rio n’ont pas l’in­ten­tion de re­ve­nir dans les écoles de la Belle Pro­vince.

« Ja­mais je ne re­tour­ne­rai dans le sys­tème pu­blic qué­bé­cois », dit Re­né-paul La­france, 42 ans, qui vient de faire le saut en On­ta­rio.

« Il y a tel­le­ment de dé­ci­sions dou­teuses qui sont prises par les di­rec­tions d’école », dit-il. Di­plo­ma­tion à tout prix sans égard aux be­soins des jeunes, lour­deur ad­mi­nis­tra­tive, tout ce­la joue sur le mo­ral des troupes.

MIEUX OUTILLÉS

« Ici [en On­ta­rio], la di­rec­tion t’ap­puie, tu te sens écou­té, consi­dé­ré », a-t-il re­mar­qué après quelques se­maines dans une école fran­co­phone.

Les profs in­ter­ro­gés se sentent aus­si mieux ac­com­pa­gnés et outillés. Plu­sieurs ont même ac­cès à un en­sei­gnant qui est li­bé­ré pour ap­puyer ses col­lègues.

« Ça, c’est mer­veilleux », sa­live My­lène Le­roux, pro­fes­seure à L’UQO. Car pen­dant ce temps, le mi­lieu de l’édu­ca­tion qué­bé­cois at­tend de­puis des an­nées que le mi­nis­tère en­voie des lignes di­rec­trices pour mieux sou­te­nir les profs, qui sont nom­breux à dé­cro­cher en dé­but de car­rière, rap­pelle-t-elle.

Jus­qu’à ré­cem­ment, Ma­riève Ga­gnon, 40 ans, était dé­ga­gée la moi­tié du temps pour coa­cher ses col­lègues dans son école de Lon­don.

« J’ai l’im­pres­sion que les gens sont con­tents d’être là. Que les en­fants sont plus res­pec­tueux. »

NUANCES

En re­vanche, plu­sieurs avouent s’en­nuyer par­fois de leur fa­mille en rai­son de la dis­tance. « Ça me prend 13 heures pour al­ler les voir au Sa­gue­nay–lacSaint-jean », illustre Mme Ga­gnon.

De plus, la réa­li­té on­ta­rienne n’est pas toute rose : le nombre d’heures tra­vaillées n’est pas moins grand, re­marquent plu­sieurs profs.

Et les en­sei­gnants y sont en­core plus en­ca­drés et sur­veillés par leur di­rec­tion, qui leur pré­sente des ob­jec­tifs chif­frés de réus­site des élèves, re­marque Da­vid La­roche. « Mais jus­qu’à main­te­nant, l’on­ta­rio conti­nue d’être ga­gnant. »

MY­LÈNE LE­ROUX Pro­fes­seure à L’UQO

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.