Grands chefs d’hier … et d’au­jourd’hui !

Le Journal de Quebec - - OPINIONS - MA­THIEU BOCK-CÔ­TÉ Blo­gueur au Jour­nal So­cio­logue, au­teur et chro­ni­queur ma­thieu.bock-cote @que­be­cor­me­dia.com @mbo­ck­cote

C’est une im­pres­sion qu’on par­vient dif­fi­ci­le­ment à re­fou­ler : nos lea­ders po­li­tiques semblent au­jourd’hui de très bas ni­veau. Non pas qu’ils soient sans ta­lent. Mais on di­rait que notre époque est dé­fa­vo­rable aux dis­cours qui touchent les cordes les plus sen­sibles de l’âme hu­maine ain­si qu’aux grandes dé­ci­sions qui per­mettent à un lea­der de s’ins­crire dans l’his­toire.

Cher­chons à com­prendre pour­quoi.

ÉDU­CA­TION

Comme je l’évo­quais dans ma chro­nique de jeu­di, les élites d’hier et d’au­jourd’hui n’ont pas re­çu la même for­ma­tion in­tel­lec­tuelle.

Le monde d’hier for­mait les lea­ders avec le contact des grandes oeuvres et leur don­nait une vé­ri­table édu­ca­tion his­to­rique. Ils n’étaient pas en­fer­més dans le pré­sent.

Au­jourd’hui, la conscience his­to­rique est à ce point ap­pau­vrie et apla­tie que nous su­bis­sons la ty­ran­nie de toutes les modes. Nous ne par­ve­nons plus à si­tuer l’ac­tua­li­té dans un grand contexte, comme si notre in­cul­ture nous l’in­ter­di­sait.

Le monde mé­dia­tique est aus­si en par­tie res­pon­sable.

On avait le culte des grands dis­cours et des grandes en­tre­vues qui per­mettent à la pen­sée d’être bien pré­sen­tée et dé­ve­lop­pée.

Nous vi­vons dé­sor­mais dans la culture du clip, et pire en­core, dans celle du tweet. Le temps de la ré­flexion est ha­chu­ré, les idées s’émiettent. Nous su­bis­sons une forme de sé­che­resse in­tel­lec­tuelle et spi­ri­tuelle.

MÉ­DIAS

Ce monde mé­dia­tique aus­si cherche moins à mettre en scène la so­cié­té dans son en­semble qu’à mettre en va­leur n’im­porte quel lob­by qui se pré­sente comme une vic­time éter­nelle ré­cla­mant des ex­cuses de l’oc­ci­dent.

Il faut en­fin par­ler de la pa­ra­ly­sie po­li­tique de nos so­cié­tés. Le pou­voir po­li­tique est pa­ra­ly­sé à la fois par les tri­bu­naux et la bu­reau­cra­tie. On conteste son droit à prendre les dé­ci­sions qui s’im­posent. Qui se­ra alors ten­té de gou­ver­ner un État han­té par l’im­puis­sance ?

Et pour­tant, pour tra­ver­ser nos temps tra­giques, il nous fau­dra de grands lea­ders. On les cherche.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.