J’ai si­gné le Pacte pour une tran­si­tion éco­lo­gique

Le Journal de Quebec - - OPINIONS - FA­TI­MA HOUDA-PEPIN Po­li­to­logue, consul­tante in­ter­na­tio­nale et confé­ren­cière fa­ti­ma.houda-pepin @que­be­cor­me­dia.com

Le 8 no­vembre der­nier, j’ai pos­té un tweet ap­puyant le Pacte pour une tran­si­tion éco­lo­gique, une ini­tia­tive de la so­cié­té ci­vile, lan­cée, la veille, par quelque 500 Qué­bé­cois, dont des ar­tistes de re­nom.

Je crois à cette ur­gence d’agir, car au-de­là de nos dé­bats épiques sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques, il y a une réa­li­té im­pla­cable, celle du mode de vie des­truc­teur que nous me­nons et qui exerce des pres­sions in­sou­te­nables sur notre pla­nète.

Nous ve­nons tous à ce dé­bat avec nos propres contra­dic­tions, mais le plus im­por­tant, c’est de prendre conscience, col­lec­ti­ve­ment, de l’im­por­tance de bâ­tir au Qué­bec, une so­cié­té so­cia­le­ment res­pon­sable en ma­tière de dé­ve­lop­pe­ment du­rable.

LES PE­TITS GESTES QUI COMPTENT

Et vous, me di­riez-vous, que fai­tes­vous pour lut­ter contre les ré­chauf- fe­ments cli­ma­tiques ? La ques­tion est per­ti­nente.

Comme plu­sieurs, je viens de loin. De­puis la Confé­rence de Rio, de 1992, ma prise de conscience s’est faite gra­duel­le­ment.

Loin d’être un exemple d’adepte de bonnes pra­tiques en­vi­ron­ne­men­tales, je fais de mon mieux pour chan­ger mon mode de consom­ma­tion afin de ré­duire pro­gres­si­ve­ment mon em­preinte éco­lo­gique.

Tout a com­men­cé par la table quand j’ai op­té pour les ali­ments san­té et ré­duit ma consom­ma­tion de viande. De­puis, j’ai une pas­sion pour la cui­sine et le jar­di­nage.

Je pra­tique l’achat lo­cal, le re­cy­clage et ré­duis mes dé­chets do­mes­tiques, à la source. À part la marche quo­ti­dienne, mes dé­pla­ce­ments au Qué­bec se font sur­tout en trans­port en com­mun ou en co­voi­tu­rage.

Tous ces pe­tits gestes qui comptent, aux­quels cha­cun peut ajou­ter les siens, font une dif­fé­rence non né­gli­geable dans notre qua­li­té de vie in­di­vi­duelle et col­lec­tive.

Dans ma fonc­tion de dé­pu­tée, j’ai sou­te­nu, pen­dant 20 ans, une mul­ti­tude d’ini­tia­tives com­mu­nau­taires, ins­ti­tu­tion­nelles et sco­laires, no­tam­ment le Prix du dé­ve­lop­pe­ment du­rable au se­con­daire, les jar­dins com­mu­nau­taires et la plan­ta­tion d’arbres, dans les écoles, le long du bou­le­vard Ta­sche­reau et au­tour de l’échan­geur Ta­sche­reau, à Bros­sard.

Quand Équi­terre avait lan­cé, il y a quelques an­nées, son pro­jet d’agri­cul­ture sou­te­nu par la com­mu­nau­té, je l’ai ap­puyé fi­nan­ciè­re­ment et j’ai trou­vé un es­pace pour qu’un agri­cul­teur de la Mon­té­ré­gie vienne vendre ses pro­duits bio­lo­giques, de la ferme à la table, une fois par se­maine.

Il y a 13 ans, j’avais consta­té, lors d’une de mes vi­sites dans un CPE, que les en­fants man­geaient de la piz­za pour dî­ner. Aus­si, je me suis as­su­ré que le pro­jet de loi 124, Loi sur les ser­vices de garde édu­ca­tifs à l’en­fance, adop­té en dé­cembre 2005, fasse des « saines ha­bi­tudes ali­men­taires », un ser­vice obli­ga­toire pour les en­fants en ser­vices de garde.

DÉ­FI GLO­BAL, AC­TION LO­CALE

L’en­jeu des chan­ge­ments cli­ma­tiques est co­los­sal. Les Na­tions Unies le consi­dèrent comme « une me­nace pour nos so­cié­tés et pour la pla­nète ».

D’où l’im­por­tance d’avoir un lea­der­ship fort au ni­veau des États et une obli­ga­tion de ré­sul­tat à l’échelle in­ter­na­tio­nale, deux in­gré­dients qui manquent cruel­le­ment en ce mo­ment à notre monde.

Le constat alar­mant qui se dé­gage du der­nier rap­port du Groupe d’ex­perts in­ter­gou­ver­ne­men­tal sur l’évo­lu­tion du cli­mat (GIEC) jus­ti­fie l’ap­pel qui nous est lan­cé par les si­gna­taires du Pacte pour la tran­si­tion éco­lo­gique.

On peut re­pro­cher au pre­mier mi­nistre Le­gault de n’avoir pas par­lé d’en­vi­ron­ne­ment du­rable du­rant la der­nière cam­pagne élec­to­rale. Il a l’oc­ca­sion de se rat­tra­per, main­te­nant qu’il est au pou­voir et qu’il dis­pose des moyens pour agir.

Les si­gna­taires du Pacte pro­posent des so­lu­tions concrètes. Plu­sieurs sont réa­listes et réa­li­sables, no­tam­ment un plan de ré­duc­tion des émis­sions à ef­fet de serre, en confor­mi­té avec l’ac­cord de Pa­ris sur le cli­mat, un en­ga­ge­ment de ré­duire de 50 % les émis­sions de gaz à ef­fet de serre de l’ap­pa­reil gou­ver­ne­men­tal, d’ici 2030, et une cam­pagne d’édu­ca­tion na­tio­nale sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques, dès 2019.

Avec une vo­lon­té po­li­tique réelle, le Qué­bec peut avoir l’am­bi­tion de de­ve­nir un lea­der en ma­tière de lutte aux chan­ge­ments cli­ma­tiques.

Comments

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.