« Plus avan­ta­geux » d’étu­dier d’autres scé­na­rios

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - TAÏEB MOALLA

Si le gou­ver­ne­ment du Qué­bec de­vait op­ter pour d’autres scé­na­rios que le tun­nel pour construire le troi­sième lien, ce­la pour­rait s’avé­rer « plus avan­ta­geux » sans for­cé­ment être « plus éco­no­mique » pour les contri­buables.

C’est la pré­ci­sion faite par le pro­fes­seur Bru­no Mas­si­cotte, au­teur de l’étude sur le tun­nel à 4 mil­liards $ entre Qué­bec et Lé­vis, à la suite de l’ar­ticle pu­blié dans l’édi­tion de jeu­di du Jour­nal.

« LA MEILLEURE SO­LU­TION »

Ce der­nier y a in­di­qué « qu’il est pos­sible que d’autres al­ter­na­tives sur le même tra­cé [du tun­nel] ou d’autres tra­cés soient plus avan­ta­geux ». Or, cette no­tion « d’avan­tage » ne veut pas dire que le pro­jet coû­te­rait moins que 4 mil­liards $.

« Dans un contexte d’in­gé­nie­rie, il faut trou­ver la meilleure so­lu­tion à un pro­blème. La plus éco­no­mique n’est pas tou­jours la meilleure so­lu­tion. Sur­tout pour les in­fra­struc­tures. Le mot [avan­ta­geux ou] op­ti­mal peut et doit in­clure l’ef­fi­ca­ci­té, l’im­pact en­vi­ron­ne­men­tal et so­cié­tal, la du­ra­bi­li­té, etc. Évi­dem­ment, le coût est im­por­tant, mais il de­vient un choix de so­cié­té entre dif­fé­rentes op­tions se­lon les en­jeux en cause », a te­nu à pré­ci­ser le pro­fes­seur de l’école po­ly­tech­nique de Mon­tréal.

BRU­NO MAS­SI­COTTE Pro­fes­seur

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.