Sec et écra­sé

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS -

M. Do­min­guez a éga­le­ment ob­te­nu des pro­duits trop secs. Les pro­duits d’aphria ache­tés au gramme sont ar­ri­vés dans des sacs bruns, et les fleurs étaient com­plè­te­ment apla­ties par le trans­port. « Dans une fleur qui a été écra­sée, les ter­pènes, le THC et le CBD vont com­men­cer à s’oxy­der avec l’air, et ça peut chan­ger l’ef­fet et le goût », dit-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.