EX­PLI­CA­TIONS EN PRO­FON­DEUR *

Le Journal de Quebec - - LE PALMARÈS DES ÉCOLES -

Rang pro­vin­cial Un rang éle­vé pen­dant cinq ans si­gni­fie que l’école ob­tient d’ex­cel­lents ré­sul­tats de ma­nière constante. Le rang est fon­dé sur la cote glo­bale sur 10 ob­te­nue par l’éta­blis­se­ment dans le Pal­ma­rès. Seules 419 écoles pour les­quelles il existe des don­nées sur cinq ans sont clas­sées de la sorte.

EH­DAA Il s’agit de la pro­por­tion d’élèves clas­sés « EH­DAA » pour les­quels les écoles pu­bliques re­çoivent un fi­nan­ce­ment sup­plé­men­taire. Un taux éle­vé D’EH­DAA peut ex­pli­quer des dif­fi­cul­tés de per­for­mance de l’école.

Écart entre les sexes (%) Quand les filles réus­sissent mieux que les gar­çons, un F pré­cède la va­leur ; lorsque ce sont les gar­çons qui af­fichent une meilleure per­for­mance, un M pré­cède la va­leur. Un E in­dique qu’il n’y a pas d’écart si­gni­fi­ca­tif entre les notes des gar­çons et des filles.

Cote glo­bale (sur 10) Cette cote ré­pond à la ques­tion sui­vante : « En gé­né­ral, comment l’école réus­sit-elle au ni­veau sco­laire ? » La meilleure cote est celle qui s’ap­proche le plus de 10 ; la pire, celle qui s’ap­proche de 0.

Ré­sul­tats aux épreuves La langue d’enseignement et la langue se­conde sont éva­luées en 5e se­con­daire ; l’his­toire et l’édu­ca­tion à la ci­toyen­ne­té, les ma­thé­ma­tiques et les sciences, en 4e se­con­daire.

Pour­cen­tage d’élèves en re­tard Ces élèves sont plus âgés que la plu­part de leurs ca­ma­rades de classe et sont consi­dé­rés comme en re­tard dans leur che­mi­ne­ment. Un taux éle­vé d’élèves en re­tard au dé­but de la 4e se­con­daire peut ex­pli­quer des dif­fi­cul­tés de per­for­mance de l’école.

Ten­dance La ten­dance est no­tée par une flèche orien­tée vers le haut dans la der­nière co­lonne de la ligne. Une flèche orien­tée vers le bas est uti­li­sée pour si­gni­fier que l’école connaît une dé­té­rio­ra­tion de sa per­for­mance. No­tez que si le taux d’échec di­mi­nue, ce­la si­gni­fie lo­gi­que­ment que la per­for­mance de l’école s’ac­croît. Dans ce cas, une dé­crois­sance des va­leurs dans le temps est ré­su­mée par une flèche orien­tée vers le bas. Il en est de même de l’in­di­ca­teur Surestimation par l’école et de l’écart entre les sexes. Les flèches ne sont uti­li­sées qu’en pré­sence d’une ten­dance si­gni­fi­ca­tive. Un ti­ret in­dique qu’au­cune ten­dance sta­tis­ti­que­ment si­gni­fi­ca­tive n’existe.

Nombre d’élèves dans l’école

en 2016-2017 Les ré­sul­tats des pe­tites écoles sont en­clins à fluc­tuer da­van­tage d’une an­née à l’autre que ceux des écoles plus grandes. Ce­la est dû au fait que les ré­sul­tats d’une pe­tite école peuvent être af­fec­tés de ma­nière si­gni­fi­ca­tive par les ré­sul­tats de seule­ment quelques élèves. Plus l’école est pe­tite, plus il faut faire preuve de pru­dence dans l’in­ter­pré­ta­tion de ces ré­sul­tats.

ND : Si les don­nées dis­po­nibles sont in­suf­fi­santes pour le cal­cul d’un in­di­ca­teur ou si une école n’était pas opé­ra­tion­nelle du­rant une an­née don­née, la men­tion « nd » ap­pa­raît dans les ta­bleaux.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.