GI­RARD

Confiance mi­née

Le Journal de Quebec - - LA UNE -

À la suite de l’en­quête que vient de dé­clen­cher l’au­to­ri­té des mar­chés fi­nan­ciers (AMF) sur les tran­sac­tions de vente d’ac­tions que les hauts di­ri­geants de Bom­bar­dier font par l’en­tre­mise d’un Ré­gime d’alié­na­tion de titres au­to­ma­tique (RA­TA) ré­cem­ment créé, le titre de Bom­bar­dier a pour­sui­vi hier sa gi­gan­tesque dé­ban­dade.

Alain Bel­le­mare est-il en­core l’homme de la si­tua­tion chez Bom­bar­dier, dont la va­leur bour­sière s’est ef­fon­drée de 9,4 mil­liards de dol­lars en quatre mois, l’ac­tion chu­tant de 70 % entre le 11 juillet der­nier (5,58 $) et la fer­me­ture hier à 1,67 $.

Pré­sident et chef de la di­rec­tion de­puis le 13 fé­vrier 2015, M. Bel­le­mare se re­trouve au­jourd’hui au coeur de la crise de confiance qui se­coue Bom­bar­dier de­puis le 8 no­vembre, jour de dé­voi­le­ment des ré­sul­tats au 30 sep­tembre 2018.

Son an­nonce des « me­sures stra­té­giques » vi­sant la mise à pied de 5000 em­ployés (2500 au Qué­bec), la vente de la Q Se­ries et de la di­vi­sion de la for­ma­tion des pi­lotes et tech­ni­ciens, et les pro­blèmes de li­qui­di­tés… a été très mal re­çue par les in­ves­tis­seurs.

M. Bel­le­mare n’a pas ai­dé « sa » cause en lais­sant en­tendre par la suite que le pro­gramme de jets ré­gio­naux CRJ était lui aus­si en ré­vi­sion et que le mé­nage au sein de l’en­tre­prise n’était pas ter­mi­né.

L’IMPRUDENCE

Qu’un PDG d’une mul­ti­na­tio­nale, à la suite d’un tri­mestre, an­nonce des ré­sul­tats dé­ce­vants aux yeux des ac­tion­naires et des ana­lystes, ce n’est pas une rai­son pour re­mettre en ques­tion son poste.

Mais qu’un PDG, comme M. Bel­le­mare, fasse preuve d’imprudence en vou­lant per­son­nel­le­ment li­qui­der des blocs d’ac­tions alors qu’il al­lait prendre des « me­sures stra­té­giques » sus­cep­tibles d’in­fluen­cer le cours de l’ac­tion, ce n’est guère ras­su­rant.

Il faut sa­voir que les di­ri­geants des en­tre­prises co­tées en Bourse n’ont pas le droit d’ef­fec­tuer des tran­sac­tions (achat ou vente) quand ils dé­tiennent des in­for­ma­tions pri­vi­lé­giées non en­core dé­voi­lées pu­bli­que­ment.

Lors­qu’il a trans­fé­ré le 15 août der­nier ses 7 mil­lions d’op­tions exer­çables en vue de vendre les ac­tions ac­quises, M. Bel­le­mare es­ti­mait que « les me­sures stra­té­giques » qu’il al­lait prendre (mais non en­core connues) ne consti­tuaient pas une in­for­ma­tion pri­vi­lé­giée.

LA RÉ­AC­TION DES IN­VES­TIS­SEURS

La réa­li­té ? Les « me­sures stra­té­giques » qui ont été an­non­cées le 8 no­vembre ont fi­na­le­ment ac­cé­lé­ré la dé­con­fi­ture de Bom­bar­dier en Bourse.

Il s’adonne que le cours de l’ac­tion de Bom­bar­dier avait dé­mar­ré sa sé­vère chute dans les se­maines qui ont pré­cé­dé le dé­voi­le­ment des « me­sures stra­té­giques ». En Bourse, il y a tou­jours des in­ves­tis­seurs « vi­sion­naires » au point où ils de­vinent l’im­pact des nou­velles à ve­nir !

D’ailleurs, dans le cadre de son en­quête sur Bom­bar­dier, L’AMF de­vrait éga­le­ment exa­mi­ner les tran­sac­tions que les « vi­sion­naires » ont ef­fec­tuées au cours des quatre se­maines qui ont pré­cé­dé le dé­voi­le­ment des dé­ce­vants ré­sul­tats de Bom­bar­dier. Le titre de Bom­bar­dier avait dé­jà su­bi une chute de 32 % au cours de cette pé­riode.

DES LEVÉES DE CAPITAUX DE 5 G$

Sous le règne de M. Bel­le­mare, les in­ves­tis­seurs ont in­ves­ti 5,4 mil­liards de dol­lars.

– Qué­bec : 1,3 mil­liard $ dans la sur­vie de la C Se­ries

– Caisse de dé­pôt : 2 mil­liards $ dans Bom­bar­dier Trans­port

– Fé­dé­ral : 372 mil­lions $ en avances

– Fé­vrier 2015 : 1,1 mil­liard $ en droits de sous­crip­tion

– Mars 2018 : 700 mil­lions $ en ac­tions

La veille de l’ar­ri­vée en poste d’alain Bel­le­mare, le 12 fé­vrier 2015, l’ac­tion de Bom­bar­dier va­lait 2,67 $. Hier, Bom­bar­dier fer­mait la se­maine à 1,67 $. La ca­pi­ta­li­sa­tion bour­sière de Bom­bar­dier s’élève au­jourd’hui à seule­ment 4,1 mil­liards $, soit un mil­liard de moins que les levées de capitaux de M. Bel­le­mare.

QUOI ?

Après sa ren­contre hier avec Alain Bel­le­mare, le nou­veau mi­nistre de l’éco­no­mie, Pierre Fitz­gib­bon, a lais­sé en­tendre que le gou­ver­ne­ment Le­gault n’était pas fer­mé à l’idée d’in­ves­tir dans un par­te­na­riat pou­vant sau­ver, cette fois, le pro­gramme des jets ré­gio­naux CRJ.

J’ai mon voyage !

Alain Bel­le­mare (pré­sident et chef de la di­rec­tion), Pierre Beau­doin (pré­sident exé­cu­tif du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion) et Laurent Beau­doin (au­pa­ra­vant, pré­sident émé­rite) lors d’une ré­cente as­sem­blée an­nuelle des ac­tion­naires.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.