Une femme qui a frau­dé son amie d’en­fance en pri­son

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS -

Ka­rine Drouin, 45 ans, cou­pable d’avoir frau­dé pour plus de 30 000 $ son amie d’en­fance qui l’avait em­bau­chée comme comp­table dans son en­tre­prise Dé­mé­na­ge­ment à prix mo­dique, a éco­pé de 4 mois de pri­son.

L’ac­cu­sée avait de­man­dé une peine qui lui au­rait évi­té la dé­ten­tion, mais le juge Jean-pierre Du­mais n’a pas cru ses ex­pli­ca­tions « tou­jours in­vrai­sem­blables ». Le ma­gis­trat a sou­li­gné que lors des re­pré­sen­ta­tions sur la peine, Drouin a conti­nué de nier avoir com­mis une fraude. Elle pré­texte tou­jours, a-t-il dit, qu’il s’agis­sait d’un « prêt psy­cho­lo­gique ».

Drouin a aus­si plai­dé qu’elle « avait per­du sa belle vie », que sa ré­pu­ta­tion avait été « dé­mo­lie » par la mé­dia­ti­sa­tion de l’af­faire et que la vic­time avait « abu­sé des pro­cé­dures ».

Ne croyant tou­jours pas l’ac­cu­sée qui a agi se­lon « un haut de­gré de pré­mé­di­ta­tion », le juge a pro­non­cé une peine de 4 mois, sui­vie d’une pro­ba­tion de trois ans.

La Cou­ronne de­man­dait une peine de 6 mois, en pre­nant en compte le fait que Drouin a rem­bour­sé les sommes vo­lées ré­cem­ment.

La preuve a dé­mon­tré que l’ac­cu­sée sans an­té­cé­dent ju­di­ciaire a vo­lé plus de 30 000 $ à l’en­tre­prise de son amie en imi­tant des si­gna­tures et en uti­li­sant des chèques en blanc. Elle ma­quillait les opé­ra­tions comp­tables de l’en­tre­prise pour ca­mou­fler ce qu’elle en­cais­sait.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.