La Chine à l’as­saut de la face ca­chée de la Lune

Le Journal de Quebec - - MONDE -

PÉ­KIN | (AFP) La Chine a lan­cé un mo­dule d’ex­plo­ra­tion qui doit se po­ser sur la face ca­chée de la Lune, une pre­mière mon­diale qui de­vrait ren­for­cer les am­bi­tions spa­tiales de Pé­kin.

Le vé­hi­cule bap­ti­sé Chang’e-4 — du nom de la déesse de la lune dans la my­tho­lo­gie chi­noise — est par­ti à bord d’une fu­sée de­puis le centre de lan­ce­ment de Xi­chang peu avant l’aube ce ma­tin, se­lon l’agence Chine nou­velle.

C’est le dé­but d’un long pé­riple pour l’en­gin chi­nois qui de­vrait alu­nir au­tour du Nou­vel An, afin d’ar­pen­ter cette par­tie en­core in­ex­plo­rée de la lune et d’y me­ner des ex­pé­riences scien­ti­fiques.

Contrai­re­ment à la face la plus proche de la terre, qui est tou­jours tour­née vers notre pla­nète, au­cune sonde ni au­cun mo­dule d’ex­plo­ra­tion n’a ja­mais tou­ché le sol de l’autre cô­té. La face ca­chée est mon­ta­gneuse et ac­ci­den­tée, par­se­mée de cra­tères, alors que la face vi­sible offre de nom­breuses sur­faces planes pour se po­ser. Ce n’est qu’en 1959 que les So­vié­tiques en ont pris les pre­mières images.

« De­puis dix ou vingt ans, la Chine a sys­té­ma­ti­que­ment par­cou­ru à nou­veau les étapes que l’amé­rique et l’union so­vié­tique avaient fran­chies dans l’ex­plo­ra­tion spa­tiale dans les an­nées 1960 et 1970 », ex­plique Jo­na­than Mcdo­well, as­tro­nome au Centre Har­vard-smith­so­nian. « C’est une des pre­mières fois que les Chi­nois en­tre­prennent quelque chose que per­sonne d’autre n’a en­core fait ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.