L’ex-maire Vaillan­court crie aux fa­ke­news

Le Journal a pho­to­gra­phié Gilles Vaillan­court à sa sor­tie d’un res­tau­rant

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - SA­RAH-MAUDE LE­FEBVRE

À peine a-t-il ob­te­nu sa li­bé­ra­tion condi­tion­nelle to­tale que l’ex-maire de La­val Gilles Vaillan­court af­firme que des jour­na­listes ont écrit des faus­se­tés à son su­jet.

Abor­dé hier à sa sor­tie d’un res­tau­rant de La­val, le maire dé­chu a ac­cu­sé Le Journal de pro­pa­ger des fake news à son su­jet, sans vou­loir émettre d’autres com­men­taires.

M. Vaillan­court a ob­te­nu jeu­di sa li­bé­ra­tion condi­tion­nelle to­tale qui en­tre­ra en vi­gueur lun­di.

Dans sa dé­ci­sion, la Com­mis­sion des li­bé­ra­tions condi­tion­nelles du Ca­na­da a tou­te­fois in­di­qué que M. Vaillan- court conti­nue tou­jours de « mi­ni­mi­ser » et de « ba­na­li­ser » les gestes cri­mi­nels qu’il a com­mis.

« Vous chan­gez cons­tam­ment de su­jet, es­qui­vant les ques­tions. Vous au­riez ten­dance à vous mon­trer sous un jour fa­vo­rable en ex­po­sant vos réus­sites et vos réa­li­sa­tions en tant que maire », peut-on lire dans la dé­ci­sion.

SE­MI-LI­BER­TÉ

Ce­lui qui a di­ri­gé La­val pen­dant près de 25 ans a été condam­né en dé­cembre 2015 à près de six ans d’em­pri­son­ne­ment.

Il avait pro­fi­té d’un sys­tème de col­lu­sion et de cor­rup­tion dans l’ad­ju­di­ca­tion des contrats pu­blics à la Ville, de 1996 à 2010.

Il bé­né­fi­ciait tou­te­fois d’une se­mi-li- ber­té de­puis un an et ré­si­dait en mai­son de tran­si­tion. Se­lon nos in­for­ma­tions, l’homme se tient loin du re­gard du public, se li­mi­tant à quelques sor­ties dans les res­tau­rants de son quar­tier, à La­val-des-ra­pides.

« ON EN A EU AS­SEZ »

Gilles Vaillan­court était ac­com­pa­gné hier de sa femme, Fran­cine Du­puis.

« On en a eu as­sez de vous autres », a-t-elle scan­dé à quelques re­prises.

S’il est main­te­nant libre de dor­mir chez lui, l’ex-maire doit en­core res­pec­ter cer­taines condi­tions, dont l’in­ter­dic­tion de s’im­pli­quer dans le mi­lieu de la po­li­tique.

Il ne peut non plus être res­pon­sable d’in­ves­tis­se­ments ou de ques­tions fi­nan­cières.

L’an­cien maire de La­val, Gilles Vaillan­court, à sa sor­tie du res­tau­rant Jar­din Pan­da, hier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.