Une in­sulte, un or­teil et un pé­toncle

Le Journal de Quebec - - VIE -

Il est fré­quent de don­ner un genre in­cor­rect à cer­tains noms, sur­tout ceux com­men­çant par une voyelle ou un h. Ain­si, cer­tains noms fé­mi­nins d’uti­li­sa­tion fré­quente sont sou­vent em­ployés à tort au mas­cu­lin. Il faut dire : une aé­ro­gare ; une apos­trophe ; une offre ; une her­nie ; une ar­moire ; une in­sulte ; une orthographe, une ar­tère ; une au­to­route. Cer­tains autres noms, mas­cu­lins ceux-là, sont in­cor­rec­te­ment mis au fé- mi­nin. Il faut dire : un avion ; un hô­tel ; un an­ni­ver­saire ; un es­ca­lier ; un al­cool ; un us­ten­sile ; un hal­tère ; un or­teil ; un hélicoptère. Quelques mots com­men­çant par une consonne sont sou­vent chan­gés in­opi­né­ment de genre : un pé­toncle ; un poulpe ; une mont­gol­fière ; une mous­ti­quaire… Et cer­tains noms en quête de genre dans notre es­prit peuvent être em­ployés dans un genre ou dans l’autre en fonc­tion de leur sens : es­pace, nom mas­cu­lin, de­vient « une » es­pace en ty­po­gra­phie ; au fé­mi­nin, oeuvre si­gni­fie pro­duc­tion ar­tis­tique, et, au mas­cu­lin, l’en­semble des oeuvres d’un ar­tiste. Je ra­dote, mais c’est utile un dic­tion­naire.

MOTS DITS LES PAR JACQUES LAFON­TAINE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.