100 000 $ POUR 4 PAS­SA­GERS PAR JOUR

Le trans­port en com­mun coûte cher en ban­lieue

Le Journal de Quebec - - LA UNE - JEAN-FRAN­ÇOIS RA­CINE

Cet au­to­bus qui re­lie quo­ti­dien­ne­ment Shan­non à Qué­bec est très peu uti­li­sé, a consta­té Le Jour­nal, même s’il coûte une pe­tite for­tune aux contri­buables de l’en­droit.

Le nou­veau trans­port col­lec­tif en mi­ni­bus of­fert à Shan­non at­tire en moyenne moins de 4 pas­sa­gers par jour, pour un coût an­nuel de près de 100 000 $. Il en coû­te­rait moins cher de payer une pe­tite voi­ture à chaque uti­li­sa­teur que de main­te­nir le ser­vice.

En ser­vice du lun­di au ven­dre­di de­puis mars 2019, le cir­cuit 33 de Shan­non offre une connexion avec le ré­seau du RTC. En ex­cluant les jours fé­riés, le vé­hi­cule de 24 places avec WIFI cir­cule près de 250 jours par an­née, pour un coût moyen d’en­vi­ron 375 $ par jour sur la route.

Le pro­jet pi­lote de trois ans, au coût an­nuel de 93 524 $, se pour­sui­vra au moins jus­qu’au 31 jan­vier 2022.

La mu­ni­ci­pa­li­té de 6031 ci­toyens a dé­ci­dé de ra­me­ner ce ser­vice en sou­te­nant que de nom­breuses jeunes fa­milles se sont éta­blies sur son ter­ri­toire au cours des der­nières an­nées. Le ta­rif uni­taire est de 4,50 $ pour un adulte ou 91 $ pour un lais­sez-pas­ser men­suel ré­gu­lier.

Le Jour­nal a vou­lu connaître les chiffres d’acha­lan­dage quo­ti­dien du ser­vice.

« Veuillez prendre note que la MRC de La Jacques-car­tier ne tient pas de re­gistre of­fi­ciel du nombre de pas­sa­gers de son ser­vice de trans­port col­lec­tif », a ré­pon­du la di­rec­tion par écrit.

Tou­te­fois, dans une ré­ponse à une de­mande d’ac­cès à l’in­for­ma­tion, la MRC pré­cise qu’elle com­pile ses don­nées par le nombre de dé­pla­ce­ments men­suels.

Pour les huit pre­miers mois de­puis la mise en ser­vice, le nombre de dé­pla­ce­ments a at­teint les 1305, pour 169 jours ou­vrables, soit en­vi­ron 7,7 dé­pla­ce­ments par jour.

En uti­li­sant le ser­vice al­ler-re­tour, un pas­sa­ger ef­fec­tue deux dé­pla­ce­ments au cours d’une même jour­née.

PEU D’AF­FLUENCE

Le ser­vice a été main­te­nu pen­dant l’été. En juillet et août, ra­re­ment plus d’une per­sonne est mon­tée à bord chaque jour. Le prin­temps 2019, lors du lan­ce­ment du ser­vice, a aus­si été plus po­pu­laire que l’au­tomne ac­tuel, où les dé­pla­ce­ments ont for­te­ment di­mi­nué.

Dé­si­rant consta­ter la si­tua­tion, Le Jour­nal s’est ren­du à bord du cir­cuit 33, lun­di soir. Des 24 sièges dis­po­nibles dans le vé­hi­cule, seule­ment deux étaient oc­cu­pés.

« C’est tou­jours comme ça. Le ma­tin, pour se rendre à Lo­ret­te­ville, il y a peu­têtre cinq per­sonnes. Le soir, c’est plus calme. Il y a sou­vent deux ou trois per­sonnes maxi­mum », a confié au Jour­nal Lau­rence, une ha­bi­tuée du tra­jet.

Le conduc­teur de l’au­to­bus s’est vou­lu un peu plus op­ti­miste, bien qu’il re­con­naisse qu’il n’y a pas une grosse af­fluence.

« En moyenne, on trans­porte en­vi­ron 60 à 70 per­sonnes par se­maine. Pour l’ins­tant, les gens doivent se dé­pla­cer en au­to pour prendre l’au­to­bus, c’est sûr que c’est moins in­té­res­sant. »

« Pour un dé­but, c’est cor­rect. Le ser­vice a été in­ter­rom­pu pen­dant plu­sieurs an­nées et on a re­com­men­cé seule­ment au mois de mars, alors les gens sont ha­bi­tués à voya­ger au­tre­ment », a-t-il ajou­té.

STA­TION­NE­MENT DÉ­SERT

Des ci­toyens ont si­gna­lé la faible po­pu­la­ri­té du ser­vice. Le Jour­nal s’est ren­du à trois re­prises à l’un des points d’em­bar­que­ment.

À 7 h 30 le ma­tin, après le dé­part de la na­vette, le sta­tion­ne­ment in­ci­ta­tif du che­min Gos­ford était dé­sert.

Le ser­vice est af­fi­lié au Trans­port col­lec­tif de La Jacques-car­tier (TCJC), cou­vrant sept des neuf mu­ni­ci­pa­li­tés de la MRC : Fos­sam­bault-sur-le-lac, Sainte-ca­the­ri­nede-la-jacques-car­tier, Shan­non, Lac-beau­port, Lac-de­lage, Sto­ne­ham-et-tew­kes­bu­ry et Sainte-bri­gitte-de-la­val. Ailleurs, à Sto­ne­ham par exemple, le ser­vice semble beau­coup plus po­pu­laire.

Le ser­vice sur le reste du ré­seau a dé­bu­té en 2010, et la MRC af­firme que l’acha­lan­dage a presque qua­dru­plé de­puis 10 ans.

Pour les neuf pre­miers mois de 2019, les don­nées ob­te­nues montrent un acha­lan­dage cor­res­pon­dant à en­vi­ron 114 pas­sa­gers par jour pour l’en­semble des mu­ni­ci­pa­li­tés par­ti­ci­pantes. La po­pu­la­tion to­tale est de près de 40 000 per­sonnes.

Le di­rec­teur gé­né­ral d’ac­cès trans­ports viables, Étienne Grand­mont, a sa­lué l’ini­tia­tive de la mu­ni­ci­pa­li­té de Shan­non, même si des ra­jus­te­ments sont par­fois né­ces­saires.

« C’est dif­fi­cile de dé­ve­lop­per du trans­port en com­mun en pé­ri­phé­rie. Il faut di­mi­nuer le temps de dé­pla­ce­ment, li­mi­ter les cor­res­pon­dances, éva­luer les voies ré­ser­vées et cal­cu­ler le prix. Ça prend du temps », a-t-il ex­pli­qué.

— Avec Jé­ré­my Ber­nier

PHO­TOS JEAN-FRAN­ÇOIS RA­CINE, JÉ­RÉ­MY BER­NIER ET COURTOISIE

75 CHE­MIN DE GOS­FORD SHAN­NON Le par­cours VAL BÉLAIR 1 LA HAUTESAINT­CHARLES ANGLE DES RUES WILFRID-CARON/RA­CINE 3 2 1. Le sta­tion­ne­ment in­ci­ta­tif de Shan­non est gé­né­ra­le­ment com­plè­te­ment dé­sert. 2. La mu­ni­ci­pa­li­té offre le ser­vice de trans­port à bord d’un mi­ni­bus de 24 places, af­fi­lié au Trans­port col­lec­tif de La Jacques-car­tier (TCJC). 3. Hier soir, il n’y avait que deux pas­sa­gers en ex­cluant le re­pré­sen­tant du Jour­nal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.