Le Pen­ta­gone sur la sel­lette

Un pro­gramme contro­ver­sé au­rait fa­vo­ri­sé la mi­li­ta­ri­sa­tion des forces de l’ordre

Le Journal de Quebec - - MONDE -

WA­SHING­TON | (AFP) Le Pen­ta­gone est ac­cu­sé d’avoir par­ti­ci­pé ces der­nières an­nées à la mi­li­ta­ri­sa­tion des ser­vices de po­lice amé­ri­cains en leur four­nis­sant gra­tui­te­ment ses sur­plus de vé­hi­cules blin­dés et d’armes de guerre, grâce à un pro­gramme contro­ver­sé que l’op­po­si­tion dé­mo­crate veut dé­sor­mais li­mi­ter.

Les images de po­li­ciers en te­nue de com­bat et ar­més de fu­sils d’as­saut face aux ma­ni­fes­tants qui pro­tes­taient contre les vio­lences po­li­cières ont re­lan­cé le dé­bat sur ce pro­gramme que Ba­rack Oba­ma avait for­te­ment li­mi­té en 2015, mais que le pré­sident Do­nald Trump a re­lan­cé en 2017.

À Min­nea­po­lis, d’im­pres­sion­nants vé­hi­cules blin­dés ont ain­si été dé­ployés lorsque des émeutes ont écla­té fin mai après la mort de George Floyd sous le ge­nou d’un po­li­cier blanc.

Ces res­sources sont des armes de guerre et il faut dé­sor­mais « ar­rê­ter de mi­li­ta­ri­ser les forces de l’ordre », in­dique un pro­jet de loi sur la ré­forme de la po­lice pré­sen­té cette se­maine par près de 200 élus du

Con­grès, ma­jo­ri­tai­re­ment dé­mo­crates.

De­puis 1997, l’ar­mée amé­ri­caine a dis­tri­bué à plus de 8000 forces de po­lice – fé­dé­rale, tri­bales et lo­cales – des équi­pe­ments d’oc­ca­sion ou neufs al­lant des armes de poing aux hé­li­co­ptères, en pas­sant par les vé­hi­cules blin­dés conçus pour ré­sis­ter aux en­gins ex­plo­sifs, pour une va­leur to­tale de 6,8 mil­liards de dol­lars, pré­cise ce texte.

SURARMÉE ?

Sur la seule an­née fis­cale 2017, quelque 500 mil­lions d’équi­pe­ments mi­li­taires ont été trans­fé­rés aux ser­vices de po­lice du pays par l’in­ter­mé­diaire du pro­gramme dit « 1033 », en ré­fé­rence à la sec­tion du bud­get de Dé­fense 1997 qui l’a créé.

Les der­nières don­nées de la di­rec­tion lo­gis­tique du Pen­ta­gone (DLA) montrent à quel point cer­tains ser­vices de po­lice ont pro­fi­té des lar­gesses du Pen­ta­gone, par­fois dans des pro­por­tions pou­vant être consi­dé­rées comme exa­gé­rées au vu de leur po­pu­la­tion.

Dans le Mon­ta­na, la po­lice du com­té de Fla­thead (90 000 ha­bi­tants), sur­tout connu pour sa proxi­mi­té avec le parc na­tio­nal de Gla­cier, a re­çu en 2013 un vé­hi­cule blin­dé ré­sis­tant aux mines, éva­lué à près de 700 000 $, un an après s’être équi­pée d’un pre­mier vé­hi­cule de trans­port mi­li­taire.

Dans un pays où la po­pu­la­tion est lar­ge­ment ar­mée et où de nom­breuses écoles ont été en­deuillées par des fu­sillades ces der­nières an­nées, même les éta­blis­se­ments sco­laires pro­fitent de la gé­né­ro­si­té du Pen­ta­gone.

ÉCOLES AUS­SI

En Flo­ride, les 47 écoles et col­lèges du Bay Dis­trict, à Pa­na­ma Ci­ty, ont ac­quis en 2012 et 2013 pas moins de 27 fu­sils d’as­saut et deux vé­hi­cules blin­dés ré­sis­tant aux mines.

Le pro­jet de loi des élus dé­mo­crates de la Chambre des re­pré­sen­tants pré­voit de li­mi­ter stric­te­ment les trans­ferts d’ex­plo­sifs, de gre­nades et de lance-gre­nades, ain­si que de ces vé­hi­cules blin­dés plus adap­tés aux théâtres de guerre qu’au main­tien de l’ordre.

Des sé­na­teurs pré­parent eux aus­si un texte de loi, sous la hou­lette d’un élu dé­mo­crate d’ha­waï, Brian Schatz, qui dé­nonce de­puis plu­sieurs an­nées le sur­ar­me­ment de la po­lice amé­ri­caine.

PHO­TO AFP

Le 31 mai, la po­lice de Min­nea­po­lis a dé­ployé des vé­hi­cules blin­dés lors des émeutes pro­vo­quées par la mort de George Floyd.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.