L’école des Mar­gue­rite dé­borde dé­jà

Le Magazine de l'Île-des-Soeurs - - ACTUALITÉS - DEL­PHINE BERGERON del­phine.bergeron@tc.tc

ÉDU­CA­TION. Les pa­rents de 22 en­fants qui étaient ins­crits à la ma­ter­nelle de l’école pri­maire des Mar­gue­rite pour sep­tembre ont vu leur plan chan­ger. Comme l’éta­blis­se­ment est dé­jà au maxi­mum de sa ca­pa­ci­té, la di­rec­tion les a avi­sés par té­lé­phone que, même s’ils ha­bi­taient dans le bas­sin scolaire, ils de­vront être re­di­ri­gés vers l’école pri­maire de L’Île-des-Soeurs (ÉPIDS) cet au­tomne.

Se­lon les chiffres of­fi­ciels de la Com­mis­sion scolaire Mar­gue­rite-Bour­geois (CSMB), l’école des Mar­gue­rite ac­cueille pré­sen­te­ment 542 élèves, com­pa­ra­ti­ve­ment à 410 lors de son ou­ver­ture en 2015.

Les en­fants de 5 ans concer­nés ha­bitent tous à plus de 800 mètres de l’ÉPIDS, ce qui leur ga­ran­tit un trans­port scolaire gra­tuit. La CSMB sou­ligne que cer­tains d’entre eux pour­raient ré­in­té­grer l’école des Mar­gue­rite si des places se li­bèrent dans le cou­rant de l’été. La dé­ci­sion re­vien­dra aux pa­rents.

Cette si­tua­tion in­quiète Jo­siane F. Bar­rette, la ma­man du pe­tit Dwel­lan Ri­chard Da­vis, ins­crit de­puis fé­vrier. La dame qui ha­bite l’île de­puis 2013 n’est pas in­té­res­sée par le trans­port of­fert pour par­cou­rir le 1,5 km pour se rendre à l’ÉPIDS, pré­fé­rant conduire son en­fant elle-même à l’école des Mar­gue­rites à quelque 500 mètres de chez elle.

C’est que Dwel­lan est sui­vi en or­tho­pho­nie. Même si sa condi­tion n’est pas sé­vère, sa mère craint pour son in­té­gra­tion, parce que les trois amis de son fils fré­quen­te­ront tous à l’école des Mar­gue­rite en sep­tembre.

La CSMB confirme qu’il y a eu une aug­men­ta­tion si­gni­fi­ca­tive des ins­crip­tions à l’île. Une de­mande pour la construc­tion d’une troi­sième école a été faite, qui in­clu­rait du pri­maire et du se­con­daire, mais le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial ne s’est pas en­core pro­non­cé.

DÉSAR­ROI

Mme Bar­rette était dé­çue des in­con­vé­nients de la re­lo­ca­li­sa­tion de son fils, mais a en­ten­du de très bons com­men­taires sur l’ÉPIDS, en plus d’être ras­su­rée par la se­cré­taire.

«Elle m’a dit d’ins­crire mes in­quié­tudes sur le for­mu­laire et de le men­tion­ner à la di­rec­trice ad­jointe qui al­lait s’as­su­rer de fa­ci­li­ter l’in­té­gra­tion de mon fils», pré­cise la ma­man.

Un pro­to­cole est éta­bli par la Loi sur l’ins­truc­tion pu­blique (LIP) et classe les élèves se­lon des cri­tères d’ins­crip­tion si les de­mandes ex­cèdent la ca­pa­ci­té d’ac­cueil. Par exemple, la fra­trie est pri­vi­lé­giée pour ne pas sé­pa­rer des en­fants vi­vants sous un même toit.

Une autre mère, My­riam, a loué un condo à proxi­mi­té de l’école des Mar­gue­rite pour y en­voyer son en­fant, qui fi­na­le­ment doit al­ler à l’ÉPIDS. «On a vu construire l’école et je di­sais à mon fils que ça se­rait son école» dit-elle. Le chan­ge­ment bou­le­verse ses pré­vi­sions de rou­tine ma­ti­nale.

Une autre mère, qui sou­haite gar­der l’ano­ny­mat, a ex­pri­mé son désar­roi sur les ré­seaux so­ciaux. Après un pre­mier choc, cette mère a dé­ci­dé de s’adap­ter à cette nou­velle réa­li­té et de faire confiance à la CSMB.

(Pho­to: Mé­tro Mé­dia – Del­phine Bergeron)

L’école des Mar­gue­rite, qui a ou­vert en août 2015, a connu une aug­men­ta­tion de po­pu­la­tion de 24% en deux ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.